Accueil » Actualité » L’internet français se porte bien

L’internet français se porte bien

C'est en tout cas le résultat d'une étude publiée par Médiamétrie : Internet serait entré en 2003 « dans une phase de croissance industrielle ». On serait en effet passé d'environ un quart des foyers français (23,6%) ayant une connexion haut débit parmi ceux ayant Internet fin 2002 à un tiers des foyers (32,2%) fin 2003. Ce sont en tout 7 millions de foyers qui ont une connexion Internet fin 2003, dont 2,2 millions équipés d'un accès haut débit. Ces résultats s'expliquent principalement par la très forte concurrence que l'on a pu voir en 2003 entre les fournisseurs d'accès sur les offres ADSL, et qui continue de faire rage avec des tarifs et des services toujours plus attractifs. Ces résultats vont de paire avec une hausse de l'utilisation moyenne mensuelle, atteignant 14 heures et 6 minutes par mois, soit une hausse de 30% par rapport à 2002.

Selon cette même étude, le commerce électronique aurait explosé en 2003, le chiffre d'affaire du commerce électronique ayant augmenté de 50% en 2003. Pourtant, selon une étude publiée par la Commission européenne menée auprès de 16 124 européens, la France se situe à la 10ème place de l'Union européenne en matière de commerce en ligne, avec 12% de français qui déclarent avoir déja acheté en ligne, loin derrière la Suède (37% des suédois auraient déja commandés sur internet) ou le Royaume-Uni (25%). Cette différence s'expliquerait par le faible taux d'équipement (66% des Français n'ont jamais acheté en ligne faute d'accès à internet) et le peu de confiance qu'ils accordent aux transactions sur internet (31% n'auraient pas confiance). Cette faible confiance viendrait selon le directeur de la partie française de l'étude de l'utilisation en France de cartes à puce : dans les autres pays européens, aucun code n'est nécessaire pour faire ses achats dans les magasins, il serait ainsi plus facile pour nos voisins européens de commander sur internet sans appréhension.

Nul doute que les principaux marchands en ligne français devraient étudier de près les résultats de cette étude, afin de vite combler ce retard.