Accueil » Actualité » Linux sur netbooks : 4 % du marché

Linux sur netbooks : 4 % du marché

Image 1 : Linux sur netbooks : 4 % du marché

Le marché des netbooks est souvent vu comme la porte d’entrée de Linux dans le monde du grand public, l’OS libre étant très médiatisé dans ce secteur. Pourtant, depuis le premier Eee PC (disponible à l’époque uniquement sous Linux), les choses ont bien changée. Les derniers chiffres montrent que Microsoft est passé de 10 % de netbooks sous Windows en mars 2008 à 96 % en mars 2009.

Linux n’a plus que 4 %

Contrairement à une croyance répandue, donc, Linux n’est pas réellement plus présent sur les netbooks que sur les autres machines. Il y a plusieurs raisons à cela : la première est simple, le grand public n’aime pas le changement et un PC est de facto considéré comme une machine sous Windows. Même si Linux est simple et bien adapté à un netbook pour un usage bureautique, il est différent de Windows, un système connu des utilisateurs. Pour une personne qui ne s’intéresse à l’informatique que comme un outil qui doit fonctionner, un changement d’OS est quelque chose considérée comme une horreur. La deuxième raison est plus pragmatique : Microsoft a forcé l’adoption de Windows XP en fournissant des licences à un prix très faible en sortant une version spécifique aux netbooks. Même si dans la pratique, un XP Home présent sur un netbook est identique à un XP Home classique, le prix est différent. Et les rares constructeurs à proposer la même machine sous Linux et sous Windows s’y sont cassé les dents : les versions Windows se vendent mieux. En dehors de Dell qui propose ses netbooks (et la majorité de sa gamme) sous Ubuntu, trouver un netbook intéressant sous Linux relève du parcours du combattant, au grand dam de certains.

Certains pensent que l’arrivée des netbooks sous ARM va modifier la donne, mais il y a deux écueils à surmonter : le premier, c’est qu’Intel ne va pas nécessairement laisser ARM prendre une partie du marché et qu’il est tout à fait possible que la firme réagisse en diminuant le prix de l’Atom, en attendant la version SoC. Le second est que même si Microsoft n’a pas la possibilité de proposer Windows XP en version ARM, un Windows CE « skinné » en Windows XP, avec les applications de base de Microsoft (voire tout simplement Windows Mobile) est parfaitement envisageable.