Accueil » Actualité » L’Oculus Rift exigera un gros GPU et un PC sous Windows

L’Oculus Rift exigera un gros GPU et un PC sous Windows

Image 1 : L'Oculus Rift exigera un gros GPU et un PC sous Windows

En attendant le premier trimestre 2016, Oculus VR distille de nouvelles informations sur son casque de réalité virtuelle Oculus Rift. Il exigera une configuration haut de gamme, ne sera pas utilisable sur PC portable (à quelques exceptions près) et perd pour le moment sa compatibilité Mac OS X et Linux.

Mais pourquoi tant d’exigences ? Tout simplement pour garantir la meilleure expérience possible. L’Oculus Rift dans sa version définitive devrait utiliser deux écrans (un pour chaque oeil) affichant un total de 2160 x 1200 pixels à une fréquence de 90 Hz soit un total de 233 millions de pixels calculés par seconde. C’est presque le double d’un jeu en 1920 x 1080 à 60 Hz, une configuration classique sur PC. Il faut donc un gros GPU.

Oculus VR recommande un PC muni d’une GeForce GTX 970 ou d’une Radeon R9 290 au minimum, avec 8 Go de RAM et un Core i5-4590 – un minimum de 700 €. Seuls les joueurs les plus passionnés sont aujourd’hui équipés d’une telle puissance, mais d’ici le premier trimestre 2016, le ticket d’entrée aura probablement baissé. Oculus VR promet d’ailleurs que ces recommandations resteront inchangées pendant toute la durée de vie de l’Oculus Rift.

Ce niveau de puissance graphique minimum explique en partie pourquoi l’Oculus Rift ne sera pas utilisable sur PC portables : même le plus puissant des GPU mobiles, la GTX 980M n’est pas niveau d’une GTX 970. Il y a une autre raison : sur la plupart des PC portables de jeux, la sortie vidéo du GPU dédié est routée par le GPU intégré au processeur. C’est ce qui permet de basculer de l’un à l’autre en fonction des besoins afin de préserver l’autonomie. Mais cette architecture introduit trop de latence pour la réalité virtuelle.

Notez, enfin que l’Oculus Rift ne sera compatible que Windows à sa sortie. Oculus a abandonné le développement sur Mac OS et Linux, pour le moment, afin de délivrer le meilleur produit possible sous Windows. L’entreprise indique qu’elle souhaite toujours assurer la compatibilité Mac OS et Linux, mais elle ne sait pas quand elle pourra s’y attaquer.