Accueil » Actualité » L’Unreal Engine 4 devient presque gratuit

L’Unreal Engine 4 devient presque gratuit

Si la société Epic s’est faite connaître du grand public grâce au jeu Unreal Tournament, elle développe depuis de nombreuses années désormais des moteurs 3D pour, notamment, les jeux vidéo. Le célèbre Unreal Engine équipe tellement de titres qu’on ne les compte plus (Bioshock, Batman ou Street Fighter V pour ne citer qu’eux), et si jusqu’alors il fallait s’acquitter d’un abonnement mensuel pour pouvoir utiliser ce moteur, la donne n’est plus tout à fait la même désormais.

C’est à l’occasion de la Games Developers Conference 2015 que la société vient donc d’énoncer les nouvelles conditions d’utilisation de l‘Unreal Engine 4. La redevance mensuelle de 19$ par mois laisse place à un système d’accès gratuit où il faudra reverser à partir d’un certain seuil une partie de ses revenus à Epic. Concrètement, au-delà des 3 000 premiers dollars de revenus par trimestre et par application, la société récupèrera 5% du chiffre d’affaires. L’entreprise assure par ailleurs que les prochaines mises à jour de son moteur resteront gratuites. En théorie donc, les « petits » développeurs ne devraient pas être pénalisés.

Image 1 : L'Unreal Engine 4 devient presque gratuit

Tim Sweeney, le fondateur d’Epic, explique que cette nouvelle donne est mue par une volonté de libérer la créativité et de permettre au jeu vidéo de se développer tout en profitant d’un « arrangement simple » qui « permettra à Epic Games de gagner de l’argent uniquement si les utilisateurs de l’Unreal Engine en gagnent eux-mêmes« . Epic Games n’étant toutefois pas une oeuvre de charité, nul doute que les têtes pensantes ont bien pesé le pour et le contre avant de lancer ce nouveau modèle économique. Il pourrait surtout s’agir d’une riposte au succès grandissant du moteur Unity adopté par de nombreux petits studios qui profitent d’un moteur performant et gratuit dans sa version de base.

En ce qui concerne les personnes abonnées, Epic leur propose des offres de réduction et un remboursement au prorata des mois restants à payer. Enfin, s’il reste encore quelques réfractaires à cette révision de tarification, il sera même possible de négocier une licence plus « traditionnelle » directement avec le studio.