Accueil » Actualité » L’usage intensif du téléphone mobile augmenterait le risque de tumeurs cérébrales

L’usage intensif du téléphone mobile augmenterait le risque de tumeurs cérébrales

Image 1 : L'usage intensif du téléphone mobile augmenterait le risque de tumeurs cérébrales

Les ondes des téléphones mobiles sont-elles dangereuses ? La question maintes fois débattue n’a toujours pas été tranchée par les scientifiques, des études concluant affirmativement quand d’autres ne décèlent aucun lien. Une nouvelle pièce est portée au dossier ce matin par une équipe française de l’l’Institut de santé publique d’épidémiologie et de développement (Isped) à Bordeaux. Ses conclusions : il y a bien un lien entre l’utilisation intensive d’un téléphone mobile et l’apparition de certains cancers.

Entre 2004 et 2006, les chercheurs ont conduit une large étude épidémiologique baptisée CERENAT, dans quatre départements français (la Gironde, l’Hérault, le Calvados, et la Manche). Ils ont recueilli des données sur l’usage du téléphone mobile auprès de 447 personnes cancéreuses et 892 personnes saines « témoins » et ont procédé à une analyse statistique des résultats.

Ils ont pu constater une plus grande probabilité d’apparition des gliomes et de tumeurs temporales chez les utilisateurs téléphonant plus de 15 h par mois en moyenne(soit 30 minutes par jour) pendant plusieurs années (plus de 836 h au total). Le risque était le plus élevé pour les professionnels en zone urbaine. 

À la lumière de cette étude, qui, n’en doutons pas, fera l’objet d’un débat animé, il parait utile de rappeler deux mesures de précaution recommandées par le ministère de la Santé : utiliser une oreillette et téléphoner uniquement dans les zones de bonne réception afin de minimiser la puissance émise par le téléphone.