Accueil » Dossier » L’utilité de comprimer votre partition SSD » Page 11

L’utilité de comprimer votre partition SSD

1 : Introduction 2 : Le NTFS a 19 ans 3 : SSD de référence et configuration de test 4 : La compression NTFS en pratique 5 : Débit en lecture/écriture séquentielle 6 : Lecture/écriture aléatoire de blocs de 4 Ko 7 : Lecture/écriture aléatoire de blocs de 512 Ko 8 : Démarrage/extinction de Windows, lancement d’applications 9 : PCMark 7 10 : SYSmark 2012

Conclusion

Si vous possédez une machine performante dotée d’un processeur multicore rapide, il est utile d’activer la compression NTFS, car elle vous permettra d’augmenter la capacité de stockage de votre SSD sans trop dégrader les performances. Par rapport aux utilitaires de compression tels que 7-Zip, elle est certes moins agressive dans son taux de compression, exclut certains fichiers système de son champ d’action et n’est donc pas conçue pour maximiser votre capacité de stockage, mais elle permet de ne pas surcharger le processeur. Les possesseurs de dual ou de quad-core moderne ne devraient pas remarquer la différence entre un volume non compressé et un disque compressé en NTFS.

Nous ne pouvons toutefois garantir qu’il en soit de même sur un ordinateur portable ; tout dépend évidemment du matériel, mais la compression risque de diminuer les performances du système et de réduire l’autonomie de la machine.

Image 1 : L'utilité de comprimer votre partition SSD

La compression NTFS ne devrait par ailleurs poser aucun problème aux utilitaires de sauvegarde : disponible depuis plus de 10 ans, elle est bien connue de tous les éditeurs de logiciels d’imagerie disque. Nous ne sommes évidemment pas en mesure d’affirmer que tous les logiciels de ce type sont compatibles à 100 %, mais nous avons sauvegardé notre système compressé à l’aide d’Acronis True Image Home 2011 et n’avons pas rencontré le moindre problème.

En dépit de son taux de compression relativement modéré, le NTFS parvient tout de même à libérer une quantité d’espace parfois salvatrice : sur notre machine de test, nous avons dégagé 12,5 Go, ce qui n’est tout de même pas négligeable sachant que le jeu de données de départ était de 70,9 Go. L’opération est particulièrement utile pour les SSD de petite taille : lorsqu’on ne dispose que de 60 ou 100 Go, tout gain d’espace compte ! Ceci étant dit, la compression NTFS peut également s’avérer utile pour les possesseurs de SSD de plus grande taille, pour autant qu’ils disposent d’un processeur suffisamment puissant ; après tout, son impact sur les performances est particulièrement faible.

Au final, la quantité d’espace qui sera libérée dépend fortement du type de données stockées : dans le cas des fichiers multimédia (vidéos, musique, images), qui sont de toute façon déjà compressés, les gains ne seront jamais que minimes. Pour les documents plus orientés « texte », comme les fichiers Office ou les fichiers de journalisation d’un serveur, par contre, la compression NTFS peut faire gagner énormément d’espace.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Le NTFS a 19 ans
  3. SSD de référence et configuration de test
  4. La compression NTFS en pratique
  5. Débit en lecture/écriture séquentielle
  6. Lecture/écriture aléatoire de blocs de 4 Ko
  7. Lecture/écriture aléatoire de blocs de 512 Ko
  8. Démarrage/extinction de Windows, lancement d’applications
  9. PCMark 7
  10. SYSmark 2012
  11. Conclusion