Accueil » Dossier » L’utilité de comprimer votre partition SSD » Page 4

L’utilité de comprimer votre partition SSD

1 : Introduction 2 : Le NTFS a 19 ans 3 : SSD de référence et configuration de test 5 : Débit en lecture/écriture séquentielle 6 : Lecture/écriture aléatoire de blocs de 4 Ko 7 : Lecture/écriture aléatoire de blocs de 512 Ko 8 : Démarrage/extinction de Windows, lancement d’applications 9 : PCMark 7 10 : SYSmark 2012 11 : Conclusion

La compression NTFS en pratique

La compression NTFS s’active en quelques clics à peine : dans l’Explorateur Windows, ouvrez le menu contextuel en effectuant un clic droit sur le disque système ou le dossier de votre choix, sélectionnez « Propriétés » puis, dans la fenêtre qui s’ouvre, cochez la case « Compresser ce lecteur pour augmenter l’espace disponible » ou « Avancé… > Compresser le contenu pour libérer de l’espace disque » (selon qu’il s’agisse d’un disque ou d’un dossier). Pour la désactiver, rien de plus simple : il suffit de décocher la case en question.

Il n’y a ensuite plus qu’à cliquer sur OK pour que la compression se lance en tâche de fond ; selon la quantité de données à traiter, l’opération prendra plus ou moins de temps. Dans la plupart des cas, vous verrez s’afficher un message d’erreur vous indiquant qu’un fichier ne peut être compressé ; vous aurez alors le choix entre plusieurs options : retenter de le compresser (ce qui génèrera à nouveau la même erreur), annuler ou ignorer le message. Étant donné que, lors de nos tests, nos comprimions l’ensemble de la partition système, le nombre de messages nous a très rapidement forcé à recourir à une quatrième option : ignorer tous les futurs messages de ce type. La fréquence de ces messages d’erreur varie selon le dossier sélectionné : pour le répertoire d’installation de Windows et ses sous-répertoires, ils sont très fréquents, ce qui semble indiquer que la compression NTFS ne peut rien faire pour les fichiers systèmes en cours d’exécution.

Une fois la compression effectuée, les noms des fichiers et dossiers compressés s’affichent en bleu dans l’Explorateur Windows, ce qui permet de les distinguer aisément des éléments non traités.

Image 1 : L'utilité de comprimer votre partition SSD

Les données présentes sur le Samsung 830 SSD installé dans notre machine de test occupaient 70,9 Go d’espace disque avant la compression. Plutôt que de procéder dossier par dossier, nous avons choisi de compresser l’intégralité de la partition système ; l’opération nous a permis de réduire l’espace utilisé à 58,4 Go. Moins 12,5 Go (-17,8 %) en trois clics, on peut dire que c’est plutôt pas mal !

Image 2 : L'utilité de comprimer votre partition SSD

Image 3 : L'utilité de comprimer votre partition SSD

Par rapport à d’autres utilitaires de compression plus agressifs tels que 7-Zip, le taux de compression obtenu par le NTFS est relativement faible ; l’avantage, bien entendu, réside dans la charge de travail pour le processeur, qui est nettement moins élevée. La différence de gain d’espace est toutefois marquante, comme nous le montre l’exemple suivant :

Outil de compression
Dossier
Taille d’origine
Taille compressée
Gain d’espace (%)
7-ZipProgram Files (x86)17,4 Go10,2 Go40,30 %
Program Files 8,5 Go3,1 Go63,50 %
Windows15,1 Go3,2 Go78,80 %
Compression NTFS
Disque entier
70,9 Go58,4 Go17,60 %

  

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Le NTFS a 19 ans
  3. SSD de référence et configuration de test
  4. La compression NTFS en pratique
  5. Débit en lecture/écriture séquentielle
  6. Lecture/écriture aléatoire de blocs de 4 Ko
  7. Lecture/écriture aléatoire de blocs de 512 Ko
  8. Démarrage/extinction de Windows, lancement d’applications
  9. PCMark 7
  10. SYSmark 2012
  11. Conclusion