Accueil » Actualité » Magic Mouse et iMac 27 pouces à nu

Magic Mouse et iMac 27 pouces à nu

iFixit vient de démonter la nouvelle Magic Mouse et le dernier iMac d’Apple pour révéler leurs secrets.

Magic Mouse

Après avoir désossé le denier MacBook, iFixit s’est attaqué à la nouvelle souris tactile de Cupertino et le moins que l’on puisse dire est qu’il est déconseillé de faire la même chose à la maison. Décoller le haut de la souris est une chose, le recoller en est une autre et à moins que vous ayez 69 € à jeter, il est préférable de ne pas reproduire la manipulation.

Les piles représentent la moitié du poids de la souris, tandis que l’aluminium pèse 10 grammes et on trouve 37 grammes de plastique. Le processeur et la carte où il se trouve pèse environ 9 grammes. À titre de comparaison, cette partie tourne autour de 4 grammes sur une souris classique.

La puce en charge de la communication Bluetooth est une BCM2042A4KFBGH de Broadcom qui affirme qu’elle est destinée à des « systèmes à bas coût ». Apparemment, Apple n’a pas bien saisi ce que cela voulait dire, car la Magic Mouse a été fortement décriée en raison de son prix élevé.

iMac 27 pouces

iFixit s’est ensuite attaqué au dernier iMac 27 pouces. Le démontage de cet ordinateur a révélé que si l’accès aux barrettes de mémoires reste facile, il est toujours aussi difficile de remplacer le disque dur soi-même. Après avoir dépensé 1 800 € sur un modèle Quad core, nous éviterions de jouer avec les petits câbles qui connectent  la dalle IPS LG LM270WQ1 au système et qui gênent l’accès au disque dur.

On remarque aussi qu’il n’y a pas de raccourcis entre le connecteur MiniDisplay Port et l’écran. Concrètement, cela signifie que si vous souhaitez utiliser le modèle 27 pouces comme écran secondaire il faudra que le système entier soit allumé, puisque le signal passe nécessairement par la carte mère. Par contre, nous n’avons pas vu de différence physique avec le 24 pouces qui expliquerait pourquoi ce dernier ne peut pas servir d’écran.

En ce qui concerne les composants internes, la puce Wi-Fi est une Atheros AR9280 et deux chips SiGe Semiconductor 2593A20 amplifient le signal. Alors que les iMac précédents disposaient d’une coque en plastique à l’arrière de l’ordinateur, le châssis des nouveaux modèles est entièrement en aluminium. Pour ne pas perturber la réception Wi-Fi, le logo Apple en plastique situé au dos de l’appareil est une porte sur laquelle est collée l’antenne. L’alimentation fournit 310 W au système, ce qui en fait la plus importante jamais installée dans un iMac.

Le composant le plus décevant reste le graveur DVD (qu’Apple continue d’appeler SuperDrive) et qui n’a pas changé depuis 2005. Il s’agit d’un lecteur optique SATA slimline classique qui pourrait être facilement substitué pour un modèle Blu-ray sans changement interne selon iFixit. On regrette aussi qu’Apple n’ait pas profité de l’espace supplémentaire pour ajouter des ventilateurs plus grands (et donc moins bruyant et plus efficace), même s’il est vrai que le bruit n’a jamais été un problème pour ces ordinateurs. Sur les derniers modèles, le système de refroidissement est composé de six capteurs thermiques, trois ventilateurs et deux grands dissipateurs. Cupertino a tout de même rajouté des enceintes plus importantes pour un son plus large et plus satisfaisant.

On remarque aussi que le CPU et le GPU se trouvent sur une face différente de la carte mère et disposent d’un système de refroidissement indépendant, ce qui permet à Apple d’utiliser un processeur pour ordinateur de bureau, alors que les précédents iMac utilisaient des versions mobiles.