Accueil » Actualité » MàJ : le supercalculateur Fujitsu d’un exaFLOPS avec CPU ARM retardé en 2022

MàJ : le supercalculateur Fujitsu d’un exaFLOPS avec CPU ARM retardé en 2022

Le supercalculateur le plus puissant du monde en 2020 pourrait être conçu à partir de processeurs ARM 64 bits optimisés par Fujitsu. La firme annonce en effet un modèle qui atteindrait l’ExaFLOPS.

Mise à jour du 8 septembre :
Fujitsu annonce devoir retarder la sortie de son supercalculateur de 1000 PFLOPS de un à deux ans. La firme explique seulement que ses ingénieurs ont pris plus de temps que prévu pour se familiariser avec une « nouvelle technologie portant sur les semiconducteurs du CPU ». On ne sait pas si cela fait référence à la nouvelle architecture ARMv8 SVE, son nouveau système d’interconnexion nommé Tofu, ou le passage au 10 nm. Malgré ce retard, Fujitsu devrait toujours sortir son supercalculateur d’un exaFLOPS avant les États-Unis, qui ne devrait pas avoir le sien avant 2023.
———————————-
Actualité originale du 22 juin :

Image 1 : MàJ : le supercalculateur Fujitsu d'un exaFLOPS avec CPU ARM retardé en 2022Le supercalculateur K de Fujitsu aujourd’huiFujitsu utilisera une architecture ARMv8 de 64 bits personnalisée pour les processeurs qui intègreront un supercalculateur de 1000 PFLOPS, commandé par l’institut japonais avancé des sciences informatiques (RIKEN). La nouvelle machine est censée être 100 fois plus performante que le supercalculateur K d’aujourd’hui. De plus, sa mise en ligne est prévue pour 2020. Comparativement, le supercalculateur le plus puissant aujourd’hui est le Sunway TaihuLight de Chine qui offre 93 PFLOPS.

Une puce ARM encore mystérieuse

La puce ARM de Fujitsu sera dédiée aux calculs scientifiques comme la simulation de modèles économiques ou météorologique, entre autres. Selon la présentation du fabricant, son processeur optimisera les calculs portants sur les primitives, tout comme les multiplications en virgule flottante et les additions. L’architecture offrira une meilleure gestion du cache et des interconnexions avec les autres processeurs. On ne connaît pas encore les caractéristiques techniques du prochain supercalculateur, ni la finesse de gravure du processeur.