Accueil » Actualité » MediaFlo, la TV mobile selon Qualcomm

MediaFlo, la TV mobile selon Qualcomm

La semaine dernière, nous avons pu nous déplacer chez Qualcomm pour une démonstration de plusieurs technologies. Une de celles-ci est MediaFlo, dédiée à la télévision mobile. Le principe est simple : envoyer des données numériques en hertzien avec un codage adapté à une diffusion en mobilité. MediaFlo permet (aux États-Unis) d’envoyer une quinzaine de chaînes aux utilisateurs, en QVGA (320 x 240, 30 fps) encodé en H.264. Très efficace en mobilité (nous avons pu tester la télévision dans un véhicule sur autoroute), MediaFlo est disponible sur plusieurs types d’appareils.

Les récepteurs

Image 1 : MediaFlo, la TV mobile selon Qualcomm

Premièrement, la solution est intégrée dans des téléphones. Par rapport aux offres « 3G » françaises, l’intérêt est évident : la qualité varie moins en fonction du réseau, consomme un peu moins de batteries et a surtout l’avantage de ne pas surcharger les réseaux. En effet, la diffusion en « broadcast » n’est pas limitée par le nombre d’usagers. AT&T et Verizon proposent tous les deux des solutions de type Flo TV (bien évidemment facturée). De plus, Qualcomm propose des appareils indépendants : soit des télévisions mobiles (dans un form-factor proche d’un téléphone, que nous avons pu prendre en main) soit des modèles à intégrer dans des voitures. Certains proposent même — en plus de la télévision mobile — une PlayStation 2 ou un lecteur de DVD dans l’appareil.

Les chaînes et le contenu

Image 2 : MediaFlo, la TV mobile selon QualcommPoint intéressant, le contenu est adapté. En effet, les chaînes proposées (16 sur l’offre sans opérateur) sont modifiées (pour certaines) pour être utilisables sur un petit écran. Sous-titres modifiés, émissions spécifiques, les chaînes ont même des versions mobiles totalement dédiées (comme CBS, Fox ou NBC). Dans les adaptations, le « prime time » est par exemple décalé de la fin de soirée au lendemain matin, les opérateurs s’étant rendu compte que les utilisateurs utilisaient la télévision mobile pour du « rattrapage ». Tous les shows sont donc décalés et rediffusés en mobile vers 9 heures, moment des pics d’audiences. Qui plus est, il est aussi possible d’envoyer des données « classiques » via Flo, comme la météo, mais aussi des informations en continu. L’avantage reste — encore une fois — que les réseaux de téléphonie mobile ne sont pas utilisés, ce qui permet d’éviter l’engorgement en cas de grosse affluence. Le désavantage est tout aussi évident : comme l’ensemble est unidirectionnel, les données sont choisies par l’opérateur lui-même, ce qui limite la technologie à des cas bien spécifiques.

Les défauts

Pour autant, la technologie n’a pas que des avantages. Le premier défaut, c’est la qualité. On est ici en mobile et la bande passante reste faible. Dans la pratique, le QVGA est suffisant sur un téléphone, mais pas sur un écran plus grand, où les pixels sont rapidement visibles. De plus, les programmes sans contenu adapté sont parfois peu regardables (par exemple le football, le ballon devenant trop petit). Autre défaut, le décalage entre la réalité et l’image, assez élevé. Nous avons pu visite le centre de diffusion de la société et mesurer le problème : selon les canaux, il y a entre 10 et 15 secondes entre l’action en direct et l’arrivée sur le récepteur. La raison est simple : Qualcomm reçoit le flux classique, doit le réencoder, intégrer certaines données et rediffuser le tout vers les émetteurs, ce qui implique évidemment des délais. Dans la pratique, c’est assez pénalisant dans les retransmissions sportives, moins dans les séries et autres programmes classiques. Enfin, le prix reste assez élevé : sans compter l’appareil destiné à la réception (le modèle testé vaut 200 $), l’abonnement est à 15 $ par mois (150 $ à l’année). Chez les opérateurs mobiles (en conjonction avec un forfait et un téléphone compatible), la télévision est facturée 10 $ par mois (AT&T) ou entre 13 et 15 $ par mois (Verizon).

Image 3 : MediaFlo, la TV mobile selon Qualcomm Image 4 : MediaFlo, la TV mobile selon Qualcomm

Et en France ?

Parlons un peu de l’Hexagone. La télévision mobile est attendue depuis des années (elle devait être lancée en 2007) et des rumeurs, apparues au début du mois de juin, indiquent que c’est finalement la technologie de Qualcomm qui pourrait être déployée, au détriment du DVB-H qui avait pourtant été validé par le gouvernement. Rien n’est officiel, mais MediaFlo aurait été préféré, car la technologie est plus moderne que le DVB-H. En attendant, rien n’est réellement disponible alors que le lancement aurait dû être fait lors de la dernière coupe du monde de rugby. Dans les faits, il semble que les opérateurs et les diffuseurs n’arrivent pas à s’arranger sur les coûts de déploiements, qui restent élevés.