Accueil » Actualité » Microsoft accuse Google d’abus de position dominante

Microsoft accuse Google d’abus de position dominante

Image 1 : Microsoft accuse Google d'abus de position dominante

Tout un symbole ! Microsoft va déposer aujourd’hui une plainte devant la Commission européenne contre Google pour abus de position dominante. Microsoft qui fut la cible de cette même commission pour les mêmes motifs et qui écopa d’une amende d’un montant historique se résigne à retourner cette arme contre l’un de ses plus gros ennemis. En jeu ? Le marché des moteurs de recherche.

Brad Smith, directeur juridique de Microsoft, a détaillé les pratiques que Microsoft reproche à Google :

  • Google gênerait l’accès des autres moteurs de recherche – bing en tête – aux contenus de Youtube (propriété de Google) ce qui empêcherait ces moteurs de fournir des résultats aussi pertinents que Google
  • Google n’aurait pas autorisé les téléphones Windows Phone 7 à accéder aux métadonnées des vidéos Youtube (évaluations, favoris, catégories, etc.). L’application Youtube des Windows Phone n’offre du coup pas du tout le même confort d’utilisation que les applications équivalentes sous Android ou iOS 
  • Google essaierait de négocier avec des maisons d’édition un accès exclusif aux livres « orphelins », ceux dont les ayant-droits ne sont pas identifiés. Google bloquerait ainsi l’accès de ses concurrents à ce fonds de contenu. La cour fédérale de New York a bloqué ce plan et Microsoft espère que la Commission européenne prendra une décision similaire
  • Google empêcherait les annonceurs qui passent des campagnes de publicité via ses services de réutiliser les données de ces campagnes dans d’autres services de publicité, comme Microsoft adCenter. Pour Microsoft, ces données sont la propriété des clients de Google, ils devraient pouvoir en disposer comme bon leur semble.
  • Google restreindrait également la distribution de champs de recherche concurrents. Les sites insérant un champ de recherche Google sur leurs pages signent un contrat d’exclusivité ce qui bannit de fait ses concurrents.
  • Enfin, Google empêcherait ses concurrents de placer des publicités pour leurs produits en tête des résultats en augmentant le prix de ces emplacements publicitaires via ses algorithmes.

Enfin, si vous vous demandez pourquoi amener le combat en Europe plutôt qu’aux États-Unis, Microsoft rappelle que Bing possède environ 25 % du marché aux USA mais Google près de 95 % en Europe. Plus que le fonds de la plainte, c’est son existence même qui constitue un évènement. C’est la toute première fois dans l’histoire de Microsoft que la société lance une plainte pour abus de position dominante. On peut y voir le désespoir de Microsoft : la société ne se pense plus capable de rattraper Google par des moyens classiques et se rabat sur des moyens juridiques pour ralentir l’essor de son concurrent ou récupérer une petite part du marché qu’elle n’a pas su conquérir à temps. La roue a définitivement tourné.