Accueil » Actualité » Microsoft et Tesla réfléchissent à des batteries « logicielles »

Microsoft et Tesla réfléchissent à des batteries « logicielles »

Image 1 : Microsoft et Tesla réfléchissent à des batteries "logicielles"

Comment augmenter l’autonomie de nos téléphones, tablettes, PC ou montres alors que la chimie des batteries ne fait aucun progrès fondamental ? La question hante bon nombre de départements R&D et pourrait trouver une réponse inattendue. Une équipe réunissant des chercheurs de Microsoft et Tesla propose le concept de software defined battery, une batterie logicielle.

Derrière ce concept paradoxal se cache une idée assez simple. Il existe de nombreux types de batteries qui ont chacune des caractéristiques différentes. L’une pourra par exemple délivrer une forte intensité pendant un court laps de temps, mais occupera un gros volume ou souffrira d’autodécharge. Une autre au contraire, aura une forte densité énergétique, mais ne supportera pas les forts courants. Aujourd’hui, un fabricant doit faire un compromis et choisir une seule chimie répondant tant bien que mal à tous les besoins. Une batterie logicielle briserait ce carcan.

Au lieu d’une seule batterie, plusieurs petits modules seraient installés, chacun spécialisé. L’ensemble serait finement piloté par un logiciel dédié, qui puiserait dans l’une ou l’autre en fonction des besoins.

L’exemple le plus parlant est celui d’une montre connectée. Des batteries flexibles ont été inventées, qui pourraient être logées dans les bracelets. Mais ces modules ne peuvent pas délivrer une intensité élevée. Une batterie logicielle pourrait réunir une cellule classique dans le boîtier pour alimenter la montre lorsqu’elle est utilisée et une batterie flexible pour maintenir la montre en veille.

Les chercheurs pensent pouvoir aller encore plus loin en exploitant l’historique des données conservées par les OS modernes. Ainsi, un smartphone moderne apprend à connaître les habitudes de son possesseur. Si ce dernier se lance souvent dans une session de jeu en fin de journée, la batterie logicielle pourrait le prévoir et ne pas puiser dans les cellules à fort courant avant la fin de journée.