Accueil » Actualité » Microsoft incruste un supercalculateur pour l’IA dans ses serveurs Cloud Azure

Microsoft incruste un supercalculateur pour l’IA dans ses serveurs Cloud Azure

Microsoft vient de mettre à jour ses clouds Azure pour proposer le premier supercalculateur exa-ops dédié à l’intelligence artificielle. C’est un pas important vers la démocratisation de ce type de technologie qui devient plus accessible.

Image 1 : Microsoft incruste un supercalculateur pour l'IA dans ses serveurs Cloud AzureUn traducteur automatique sur le cloud à un exa-ops de MicrosoftMicrosoft a installé des processeurs FPGA Altera sur tous ses serveurs cloud Azure, créant ainsi « le premier supercalculateur au monde dédié à l’intelligence artificielle ». L’infrastructure, répartie dans 15 pays, peut traiter 1018 opérations par seconde (ops). C’est donc le premier système à un exa-ops au monde. Comparativement, ce sont des calculs plus simples que ceux des supercalculateurs classiques dont la puissance théorique est mesurée en FLOPS (Floating-point Operations Per Second ou opérations en virgule flottante par seconde). La plateforme de Microsoft sera quant à elle dédiée à des opérations en 8 bits et 16 bits.

L’intelligence artificielle pour tous

Le processeur FPGA Altera est un modèle programmable qui offre la flexibilité d’un CPU tout en maintenant un rendement proche de celui des GPU, chaque puce ne consommant que 25 W. Si ils sont donc de plus en plus populaires, au point d’avoir été rachetés par Intel, ils restent très difficiles à programmer et ne remplacent pas complètement les GPU. Concrètement, Microsoft fait appel à des processeurs graphiques pour les phases d’apprentissage automatiques qui vont créer les réseaux neuronaux tandis que les CPU FPGA vont parcourir ces réseaux pour que les logiciels de reconnaissance d’images ou de traduction automatisée, entre autres, tirent partie de cette intelligence artificielle. Microsoft va maintenant mettre cette puissance de calcul à la disponibilité du public afin de démocratiser l’utilisation de ces concepts et permettre le développement de nouveaux programmes.