Accueil » Actualité » Microsoft mise aussi sur l’ADN pour archiver l’avenir

Microsoft mise aussi sur l’ADN pour archiver l’avenir

La recherche continue de progresser et il est maintenant possible de plus facilement stocker des données dans des blocs d’ADN et de les retrouver.

Image 1 : Microsoft mise aussi sur l'ADN pour archiver l'avenirLe liquide rose au bout de ce type pourrait stocker 10 To de données

Comme Technicolor, Microsoft et l’université de Washington ont montré qu’il est non seulement possible d’utiliser de l’ADN pour stocker des données, mais qu’il est aussi possible de les retrouver. Leurs travaux font l’objet d’un papier dans lequel les chercheurs ont stocké quatre images sur de l’ADN synthétique et qu’ils ont ensuite réussi à les reconstituer sans perdre un octet.
– Test disques durs : les meilleurs modèles selon la rédaction

1 000 000 000 Go/mm3

Le grand avantage de cette technologie est qu’elle offre une capacité de stockage inégalée d’une durée de vie de plusieurs siècles. Microsoft évoque une densité de stockage théorique 100 millions de fois supérieure à celle des disques durs actuels (plus d’exaoctet par millimètre cube d’ADN) et un temps de demi-vie de 500 ans. Bref, malgré ses faibles performances, l’ADN est donc considérée comme une excellente solution d’archive. Le problème est que l’on ne dépasse pas encore le stade du laboratoire.

L’ADN au coeur des recherches sur la haute technologie :
Oubliez les Blu-ray ! Technicolor veut stocker ses films sur de l’ADN
– De l’ADN artificiel pour les futurs ordinateurs ?
– De l’ADN pour fabriquer des processeurs
– Une antenne formée deux nanoparticules d’or liées par de l’ADN
– Des mémoires à l’ADN
Du sperme de saumon comme support de stockage