Accueil » Actualité » MIT: des ordinateurs à 100 dollars en 2006

MIT: des ordinateurs à 100 dollars en 2006

C’est un projet de longue haleine qui verra le jour fin 2006. Un ordinateur complet au prix ultra compétitif de 100 dollars, disponible pour les élèves des pays émergeants. Nicholas Negroponte (les autoroutes de l’information), directeur du Media Labs du MIT, qui porte ce projet ambitieux depuis plusieurs années a présenté mercredi 28 septembre les grandes lignes. Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une collaboration avec les Nations Unies. Il sera lancé à l’occasion du sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), qui se déroulera en novembre à Tunis.

Les caractéristiques techniques de la machine sont les suivantes.

  • OS: Linux
  • Processeur AMD de 500 Mhz
  • Mémoire flash de 1 Go (à la place d’un disque dur)
  • Un module de réception Wi-Fi
  • Ecran couleur de 12 pouces.
  • 4 ports USB.

150 millions de machines en 2007

La coque sera très probablement en caoutchouc. Il pourra être utilisé dans différentes configurations : ordinateur, livre électronique, télévision, tablette pour écrire ou dessiner. 5 à 15 millions de machines seraient construites, selon la demande dès 2006. Au final, son concepteur envisage la fabrication de 100 à 150 millions de machine jusqu’en 2007. Une organisation sans but lucratif, One Laptop Per Child (OLPC), a été créée pour accompagner le projet. Plusieurs partenaires industriels supportent cette organisation, dont AMD, Google, News Corp et Red Hat.

Marquage individuel de l’ordinateur

Une des grandes inquiétudes du projet porte sur les risques de détournement. « C’est un problème pour nous si les ordinateurs portables disparaissent à la douane ou sont volés. Nous voulons une machine qui est si distinctive que ce sera comme de voler un camion des postes ». Alors le Lab réfléchit au marquage de l’ordinateur au nom de l’enfant à qui il sera destiné. Plusieurs pays ont affiché leur intérêt pour le projet. Mais dans les pays occidentaux, l’ordinateur à 100 dollars sucite également de l’intérêt. L’Etat du Massachusetts déclaré intéressé, et ce au profit des écoles des quartiers défavorisés, avec une prévision de commande de 500.000 machines.

L’entretien avec Nicholas Negroponte (à retrouver en intégralité et en anglais sur le site du MIT)

Pourquoi les enfants des pays en voie de développement ont ils besoin d’ordinateurs portables ?

Les ordinateurs portables sont à la fois une fenêtre et un outil: une fenêtre sur le monde et un outil avec lequel penser. Ils sont une manière extraordinaire pour tous les enfants «d’apprendre l’apprentissage» à travers des interactions et une exploration indépendante.

Pourquoi pas un ordinateur de bureau, ou, même mieux, un ordinateur de bureau recyclé?

Les ordinateurs de bureau sont moins cher, mais la mobilité est un facteur important, particulièrement si l’on prend en compte le transport de l’ordinateur chez soi à la nuit tombée. Les gosses des pays en voie de développement ont besoin des technologies les plus réçentes, particulièrement du matériel hardware vraiment robuste et des logiciels innovants. Rapporter l’ordinateur portable à la maison responsabilise la famille. Dans un village du Cambodge ou nous avons travaillé, il n’y a pas d’électricité, donc l’ordinateur portable est la source de lumière la plus brillante dans le foyer.
Pour ce qui est des ordinateurs recyclés, nous estimons à 100 millions les ordinateurs de bureau disponibles de par le monde. Le conditionnement pour l’ensemble des ordinateurs serait de 45 000 ans de travail. Donc, bien que nous encouragions le recyclage des ordinateurs usés, ce n’est pas une solution pour notre projet.

Comment est-il possible d’obtenir un coût aussi bas ?

Premièrement, nous avons diminué de manière importante le coût du système d’affichage. La machine de première génération devrait utiliser un système d’affichage LCD nouveau, que l’on trouve dans les lecteurs DVD à bas prix, et qui peut être utilisé aussi en noir et blanc, avec une résolution supérieure à quatre fois la normale, et ce pour un prix de 35 dollars.
Deuxièmement, nous ne laissons que l’essentiel dans l’ordinateur. Les ordinateurs portables d’aujourd’hui sont devenus obèses. Les deux tiers de leurs logiciels sont utilisés pour diriger le troisième tiers, qui la plus part du temps répond à la même fonction de neuf manières différentes.
Troisièmement, nous distribuerons les ordinateurs portables par millions, directement aux ministères chargés de l’éducation, qui ensuite les distribueront eux même comme des livres d’école.

Pourquoi est-il important pour chaque enfant d’avoir un ordinateur? Pourquoi les centres informatiques communautaires ne répondent pas au besoin?

Personne n’imagine des stylos communautaires, les enfants possèdent chacun le leur. Ils sont des outils avec lesquels penser, suffisamment abordables pour être utilisé pour travailler et jouer, dessiner, écrire, et faire des mathématiques. Un ordinateur peut être vu de la même manière, mais en bien plus puissant. De plus, il y a beaucoup de raisons intéressantes pour qu’un enfant «possède» quelque chose, comme un ballon de football, une poupée, un livre. Le fait que l’ordinateur appartienne à quelqu’un en propre signifie aussi qu’il sera entretenu avec amour et attention.

A propos de connectivité, les services de télécommunication sont plutôt cher dans les pays en voie de développement? Non?

Quand ces machines seront mises en fonction, elles créeront un réseau de communication propre, en peer-to-peer. C’est un concept développé initialement au MIT et au Media Lab. Nous explorons également des moyens de les connecter à l’Internet à très bas prix.

Qu’est ce qu’un ordinateur portable à 1000 dollars peut faire qu’un ordinateur à 100 dollars ne peut pas faire?

Pas grand chose de plus. L’idée est que les ordinateurs portables à 100 dollars puissent faire presque tout. La chose qu’ils ne peuvent pas faire est de stocker un volume important de données.

Comment les ordinateurs seront distribués?

L’idée est de distribuer les machines par le biais des ministères de l’éducation qui souhaitent adopter la politique du «un ordinateur pas enfant». Des discussions préliminaires ont été effectuées avec la Chine, le Brésil, la Thaïlande et l’Egypte. D’autres pays seront sélectionnés pour effectuer des tests. Les commandes initiales seront limitées à un minimum de 1 million d’unité.

Quand pensez-vous que ces ordinateurs portables seront sur le marché? Quelles sont les obstacles les plus gênants?

Notre calendrier préliminaire prévoit d’avoir des unités prêtes à être livré à la fin 2006, voire au début 2007.
La plus grosse contrainte sera la fabrication de 100 millions d’unités. Ce n’est pas juste un problème de d’offre, mais aussi un problème de design. L’échelle de production est intimidante, mais je suis moi-même surpris par les propositions positives que certaines compagnies nous font.