Accueil » Comparatif » Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

1 : Intro, sélection des meilleurs logiciels 2 : Apprendre à monter 4 : Logiciels de montage grand public 5 : Logiciels gratuits pour débuter 6 : Logiciels de montage pro 7 : Logiciels de montage pro et gratuits

Recommandations matérielles

Mac ou PC ?

Mac ou PC, peu importe. Les professionnels ont tendance à travailler sur Mac OS, héritage de Final Cut Pro 7, mais avec l’arrivée de Première Pro, l’avantage revient au monde Windows. Par ailleurs, Apple équipe ses machines de cartes graphiques AMD (voir plus bas « cartes graphiques ») qui sont moins bien exploitées par les logiciels de montage. Dans tous les cas, pour les professionnels, comme pour les particuliers, une solide configuration est nécessaire.

Les logiciels sont gourmands en ressources matérielles car la définition des images a considérablement augmenté et que les effets « évolués » sont légion. Depuis Windows 10 (juillet 2015), le système d’exploitation de Microsoft supporte le codec HEVC. Avec macOS High Sierra (10.13) sorti en septembre 2017), les ordinateurs à la pomme supportent le codec HEVC/H265.

Image 1 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Processeur et mémoire vive

La machine de montage idéale est un ordinateur avec un processeur puissant (fréquence d’horloge élevée et au minimum 4 cœurs) et surtout beaucoup de mémoire vive (RAM). Comptez au minimum 8Go pour travailler vos rushes et privilégiez 16Go (ou plus) pour monter plus confortablement (impératif en 4K, 360 ou avec codec HEVC/H265). Votre machine devra impérativement disposer d’un système d’exploitation 64 bits (transparent pour macOS ou Linux).

Selon les logiciels, une configuration plus musclée est nécessaire. De plus en plus de logiciels de montage vidéo (grand public et pro) exploitent la technologie Quick Sync Vidéo d’Intel pour accélérer les opérations vidéo. Les deux fondeurs AMD et Intel proposent également le codage/décodage matériel du codec HEVC (H265) avec leurs processeurs depuis la 6e génération.

Le stockage

En termes de stockage, le SSD s’impose. Il offre facilement 25% de puissance en plus et s’avère plus robuste qu’un disque mécanique. Toutefois, les SSD se révèlent encore trois fois plus chers qu’un disque mécanique de même capacité. Optez donc au minimum pour un SSD de 128 Go pour le système d’exploitation et le logiciel de montage. Vous stockerez vos rushes sur un disque externe (USB 2 ou mieux USB 3, USB-C ou Thunderbolt) ou sur un NAS (en Ethernet) et les copierez sur un gros (au moins 2To) disque dur.

La version interne est plus rapide et moins chère qu’un disque externe rapide (USB 3 minimum). Les rendus (dont l’export) seront effectués si possible sur un support de stockage distinct (disque dur interne/externe, clé USB…) pour ne pas ralentir les calculs. Quand on travaille en 4K, les fichiers sont 4 fois plus lourds qu’en Full HD, donc vos disques seront vite remplis…

Quelle carte graphique ?

Image 2 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

On a tendance à se focaliser sur le combo processeur/mémoire vive/stockage mais la carte graphique a également un rôle crucial. Elle allège le processeur pour la partie affichage. Avec les logiciels grand public, un chipset graphique peut suffire. Pour des fichiers en HD, avec l’ajout de multiples effets, une véritable carte graphique (supportant OpenGL 2.0 et Directx9 avec au moins 1Go de RAM vidéo) est recommandée. Pour la VR (réalité virtuelle), optez pour les plus grosses cartes graphiques du moment (AMD Radeon RX 480 ou NVidia GTX 1070 minimum).

Sur les logiciels professionnels du type Premiere Pro (mais aussi FCP X ou Vegas), non seulement la carte graphique se substituera au processeur pour l’affichage (rendu des scènes finales) mais elle l’épaulera pour les calculs. Avant achat, il pourra être utile de vérifier dans la documentation du logiciel quelles cartes graphiques sont prises en charge ou recommandées (exemple ici pour Adobe Premiere Pro). Les processeurs de calculs (CUDA chez NVIDIA ou processeurs de flux OpenCL chez AMD) sont à privilégier.

Quel écran ?

Pour rester sur la partie affichage, un moniteur Full HD est conseillé pour distinguer les erreurs de prise de vue (netteté, flares, perte de focus…), d’autant plus si vous travaillez avec des rushes en 1920×1080. Les derniers smartphones ou petites caméras filment désormais en 4K (ou plutôt –UHD- Ultra Haute Définition en 3840×2160). Même avec de bons yeux, vous ne verrez jamais une poussière ou un flare issu d’un plan UHD sur un écran Full HD. Aussi, investissez dans un écran 4K si vous filmez/montez régulièrement.

Rappelons qu’avec une définition 4 fois plus importante que le Full HD, les erreurs en UHD se voient difficilement sur une petite diagonale (moins de 42’’). Privilégiez une dalle IPS plutôt que TN, pour jouir d’un bon contraste. Avec un écran mat, vous aurez moins de problèmes de reflet, mais ce n’est pas obligatoire. Un second moniteur est presque indispensable. Il apportera un confort supplémentaire. Vous monterez sur l’écran principal (grande taille et haute définition) et placerez vos palettes et trousses à outils sur le second moniteur.

Peut-on monter sur ordinateur portable ?

Image 3 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Le montage vidéo sur un ordinateur portable est envisageable mais les notebooks sont généralement beaucoup moins puissants (processeur moins véloce, moins de mémoire vive, absence de véritable carte graphique). De plus, monter sur un écran de 13’’ (1366×768 pixels) des rushes 4K s’apparente à du masochisme informatique. Par ailleurs, les laptops ne sont généralement pas conçus pour un usage intensif avec des calculs lourds et longs comme l’exige le montage.

Ils ont tendance à chauffer beaucoup trop et altérer prématurément la machine. Cette règle générale a une exception de taille : les portables « gaming ». Ces derniers bénéficient en effet d’une meilleure dissipation thermique et embarquent une configuration (CPU/GPU/RAM) comparable à celle des stations de montage. En cas de doute, les logiciels indiquent sur leur page web la configuration minimale requise. Si vous travaillez sur portable, il sera utile d’utiliser un second moniteur (24’’ ou plus) pour visualiser la qualité de vos rushes.

Sommaire :

  1. Intro, sélection des meilleurs logiciels
  2. Apprendre à monter
  3. Recommandations matérielles
  4. Logiciels de montage grand public
  5. Logiciels gratuits pour débuter
  6. Logiciels de montage pro
  7. Logiciels de montage pro et gratuits