Accueil » Comparatif » Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

1 : Intro, sélection des meilleurs logiciels 2 : Apprendre à monter 3 : Recommandations matérielles 5 : Logiciels gratuits pour débuter 6 : Logiciels de montage pro 7 : Logiciels de montage pro et gratuits

Logiciels de montage grand public

Adobe Premiere Elements  2018 (v16)

Image 2 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Adobe Premiere Elements 2018 (v16)

99,60€ > Adobe
On aime
  • Fonctions rares (reconnaissance de visages)
  • Didacticiels pour les débutants
  • Héritage de Premiere Pro
On n’aime pas
  • Ne supporte pas les vidéos 3D ou à 360°
  • Exige beaucoup de puissance
  • Peu d'effets et transitions préinstallés
  • Evolue lentement
Verdict :

Un logiciel pour grands débutants qui veulent aller à l’essentiel.

plus

  • Ergonomie

Image 3 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Depuis 2004, Premiere Elements est le logiciel grand public d’Adobe. L’interface de Premiere Elements est restée très sobre, voir rebutante face aux autres logiciels. Au démarrage, vous avez le choix entre importer des médias (vidéo, photos, musiques…) et créer une séquence d’après un modèle (anniversaire, mariage, vacances…). Si vous n’avez aucune notion de montage, vous pouvez également suivre pas à pas les guides. Ce ne sont pas des tutoriels vidéo, le logiciel vous indique où cliquer. Vous êtes véritablement « pris par la main » pour réaliser vos films.

Vous pouvez à tout moment changer l’affichage de votre projet en « rapide », « guidé » ou « expert » pour bénéficier d’un conseil ou au contraire aller vite avec des effets plus évolués. Une barre verticale à droite rassemble les outils Retoucher, Modifier et Ajouter. L’interface est ultra-simplifiée par rapport à Premiere Pro mais cet ascétisme conduit à une austérité peut-être inappropriée pour un logiciel destiné à un large public. Accaparé par Premiere Pro, Adobe semble délaisser ses efforts sur Premiere Elements. On sent en effet la « patte » Premiere Pro dans Premiere Elements. Ainsi, les menus contextuels, les panneaux de fonctions ou de rendu « transpirent » le logiciel de montage phare d’Adobe.

  • Fonctionnalités

Premiere Elements semble donc bénéficier de la puissance de son vénérable aîné, concentrée pour le grand public. La manipulation de plusieurs plans avec effets est ainsi fluide. Pour les créatifs, on trouve des effets spéciaux assez sophistiqués comme la reconnaissance des visages, la suppression de brume, le suivi de mouvements ou la stabilisation des vidéos (idéale pour les caméras sportives). Mais ces VFX (Vidéo Effects) sont peu nombreux par rapport à un Pinnacle Studio ou Magix Video Deluxe. En termes d’importation de fichiers, presque tout est avalé, même le 4K, néanmoins Premiere Elements (version 16) ne supporte toujours pas les vidéos 360° ou 3D comme beaucoup de ses concurrents. 
L’exportation, la publication sur internet ou sur un support physique (disque dur, Blu-Ray…) reste, pour sa part, assez minimaliste. 

Image 4 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Image 5 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Premiere Elements est sans doute l’un des plus simples logiciels pour monter sans artifices. Plusieurs tutoriels sont disponibles sur le site de l’éditeur, mais malheureusement en anglais. Les utilisateurs non-anglophones se rabattront sur l’excellente aide en ligne. Autant son grand frère progresse rapidement, autant Premiere Elements fait du surplace. Les nouveautés sont maigres (création de GIF animé sur Windows, correction des aberrations optiques…), voir vieillotte (publication sur les réseaux sociaux), boucle vidéo…

Apple iMovie (10.1.3)

Image 2 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Apple iMovie (10.1.3)

Gratuit€ > Apple
On aime
  • Intuitif et créatif
  • Montage automatisé de qualité
  • Effets vidéo et audio puissants
On n’aime pas
  • Ne supporte pas les vidéos 3D ou 360°
  • Uniquement sur Mac
  • Evolue peu sur MacOS
Verdict :

Sans conteste le meilleur rapport qualité/prix (d’autant qu’il est gratuit) du marché, mais il faut avoir un Mac !

plus

  • Ergonomie

Image 8 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Nul doute qu’Apple insiste particulièrement sur la facilité d’utilisation et l’intuitivité. L’interface est dépouillée pour que le monteur totalement débutant accède progressivement aux différentes fonctions. Une fenêtre tient lieu de chutier et de bibliothèque de transitions, titres, arrières-plans et musiques. La fenêtre de visualisation est surmontée d’une barre d’effets basiques (couleur, contraste, son…). Le montage est véritablement simplifié et accéléré comme avec le grand frère Final Cut Pro X. La possibilité de découper en 2 clics un plan pour l’importer dans la timeline est incomparable. L’utilisation de thèmes (15 par défaut) produit un résultat à la fois rapide et premium à vos plans.

  • Fonctionnalités

Apple semble se concentrer sur Final Cut Pro X ou sur les versions mobiles d’iMovie car la version macOS évolue lentement à part la prise en charge de la Touch bar (écran couleur tactile longitudinal) sur les derniers Macbook Pro. Le juste équilibre entre fonctions et accessibilité semble avoir été trouvé par Apple. Importation de fichiers 4K, effets spéciaux type web (Ken Burns notamment), fond vert (chroma key)… Le monteur débutant ou même expérimenté peut réaliser facilement des petits films de qualité.

Image 9 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Image 10 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

L’exportation sur les populaires plateformes de partage (Vimeo, Facebook, YouTube) autorise une publication tout aussi accélérée. Si la version testée (10.1.3) n’accepte toujours pas les populaires vidéos 360, le codec HEVC fonctionne désormais. Apple se concentre à réduire les bugs pour une meilleure stabilité. Les effets audio (19), vidéo (30) et transitions (24) apportent une réelle plus-value à vos montages tout en restant aisés d’emploi.

Corel VideoStudio 2018 (Pro, Ultimate)

Image 2 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Corel VideoStudio 2018 (Pro, Ultimate)

80€ > Corel
On aime
  • Effets spéciaux puissants
  • Enregistrement de l’écran pour réaliser des tutos
  • Modules puissants
On n’aime pas
  • Les tutoriels sont en anglais
  • 3D relief non pris en charge
Verdict :

Délaissés sur le marché européen et pourtant très performant.

plus

  • Ergonomie

Image 13 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Corel édite VidéoStudio et Pinnacle Studio. Leurs fonctions et effets se ressemblent, l’ergonomie était « plus » singulière sur le premier. Depuis la version 21 de Pinnacle, l’interface de VideoStudio est quasi-identique à Pinnacle (notamment la zone Capturer, Editer et Partager) sauf que la fenêtre d’aperçu et le panneau de Bibliothèque (vidéo, photos, transitions…) sont inversés. Avec une interface graphique plus dépouillée, VideoStudio semble plus accessible à exploiter que Pinnacle Studio. Cette application propose la même plate-forme webTV que Pinnacle Studio mais les vidéos sont uniquement en langue anglaise. Il existe également des didacticiels Corel, mais encore une fois uniquement dans la langue de Steven Spielberg.

  • Fonctionnalités

Corel semble avoir fait d’une pierre deux coups car les fonctions de Pinnacle Studio (4K, HEVC, correction du fisheye, split screen, tracking des mouvements…) se retrouvent dans VideoStudio 2018. Comme son frère siamois, les rushes 4K (HEVC), 360 sont « montables » sur ce logiciel, mais pas la 3D relief. Pinnacle Studio vise plutôt le marché européen alors que VideoStudio est plus ancré sur le marché américain. Cette solution de montage grand public possède tout de même quelques pépites comme le fond vert (chroma key) ou l’intégration HTML 5 (pour faire des vidéos interactives sur le web). On trouve plus de 2000 effets spéciaux, filtres et transitions.

Image 14 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Image 15 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Les effets Newblue FX (comme Pinnacle Studio) sont très sympathiques mais les modules ProDad (notamment stabilisation) sont particulièrement efficaces et propres à VideoStudio. Le multicam fonctionne avec 6 caméras maintenant. La fonction Capture d’écran est utile pour réaliser ses propres tutos avec son ordinateur. L’outil FastClick est séduisant dans son concept : monter automatiquement vos rushes avec une musique d’ambiance et des transitions. Maintenant, il offre une solution ultra-rapide et surtout jolie pour exploiter vos vidéos sans avoir de talents de monteur.

Cyberlink PowerDirector 16

Image 2 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Cyberlink PowerDirector 16 (Ultra, Ultimate)

90€ > Cyberlink
On aime
  • Compatible 3D, 360, 4K et HEVC
  • Stabilisation des images 360 et 2D surprenante
  • Nombreux éléments gratuits
On n’aime pas
  • Interface un peu austère
Verdict :

Un logiciel grand public qui propose des fonctionnalités très pointues pour les vidéos complexes (4K, 360…).

plus

  • Ergonomie

Image 18 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Cette solution de montage est l’un des piliers du montage grand public depuis une quinzaine d’années. L’interface a doucement évolué. Elle est assez flexible et rationnelle pour que les monteurs débutants assemblent de manière rapide et aisée les rushes réalisés avec un smartphone ou un caméscope. Avec le mode multicam (limité à 4 sources) ou une timeline acceptant jusqu’à 100 pistes (synchronisables en audio), même l’amateur a de la marge. On peut monter sur mesure ou faire appel à l’assistant de montage Magic Movie quand on n’a pas les compétences ou le temps. Le résultat est plutôt bluffant, avec des effets premium. Cyberlink propose quelques tutoriels sous-titrés français de la dernière version de PowerDirector. Contrairement à d’autres éditeurs, des éléments (modèles, titres…) sont téléchargeables gratuitement sur internet sur le portail DirectorZone.

  • Fonctionnalités

La frontière entre fonctionnalités pro et grand public s’estompe. PowerDirector était l’une des premières applications à accepter les vidéos stéréoscopiques (3D) et 360. A moins d’utiliser une solution dédiée (et onéreuse), monter et retoucher ses vidéos immersives était complexe, voire impossible. Ce logiciel offre les outils (stabilisation, luminosité, colorimétrie, débruitage, titrage et même édition sonore) pour corriger les vidéos 360 sans difficulté. Une palette d’outils très complète pour un logiciel grand public. Pour raviver des plans pâlichons, vous disposez désormais de la fonction HDR (plus de contraste, rattrapage des basses et hautes lumières) ou de l’utilisation des LUT (table de conversion). Les LUT sont utilisés par les professionnels pour ajouter un rendu particulier (contraste, luminance et chrominance).

Image 19 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Image 20 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Quelques effets spéciaux (type Truetheater) permettent de rattraper des plans trop fades ou avec un léger bougé. On apprécie que le codec HEVC soit pris en charge pour importer et exporter en 4K de manière fluide. Plusieurs centaines d’effets spéciaux (notamment de NewBlue, Pixelan et proDAD) sont disponibles pour apporter une touche plus sophistiquée à vos réalisations. La correction de distorsion « fisheye » est également pratique pour les caméras sportives ou celles de drones. Dans l’univers Windows, PowerDirector est sans doute l’un des meilleurs éditeurs vidéo pour le grand public pour monter films de vacances, de famille ou d’association. La version Ultimate fournit en effet des packs Mariage ou Vacances 7 pour sublimer vos propres rushes.

Pinnacle Studio 21 (basique, Plus /Ultimate)

Image 2 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Pinnacle Studio 21 (basique, Plus /Ultimate)

110€ > Pinncle
On aime
  • Interface améliorée
  • Supporte vidéos 3D, 360, 4K…
  • Des centaines d'effets vidéo préinstallés
On n’aime pas
  • Parfois usine à gaz
  • Réglages manquant de finesse
  • Tutoriels français obsolètes
Verdict :

Référence historique pour le montage amateur, Pinnacle Studio pèche parfois par sa richesse de fonctionnalités.

plus

  • Ergonomie

Image 23 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Ce logiciel est l’un des ténors du montage vidéo grand public. L’interface de Pinnacle Studio a été modifiée en 2018 pour devenir plus intuitive pour les débutants même si les fonctions sont toujours absentes dans les menus contextuels du logiciel. Pratiquement tout s’effectue au clic droit de souris et au glisser-déposer. Pinnacle s’inspire de ses concurrents directs (et notamment de son grand frère VideoStudio) avec les zones de travail « Importer », « Modifier » et « Exporter ». La barre de navigation à gauche est la véritable innovation et regroupe les grandes rubriques (projets, transitions, titres, effets spéciaux, modèles de montage…) et désormais plusieurs outils pour l’édition sonore (SoundStage, Tripleloop, Muserk Effets Sonores). C’est beaucoup plus logique et donc efficace.

L’interface devient plus conventionnelle avec un panneau gauche contenant les chutiers, les effets, les transitions et menus (pour un disque), une fenêtre de visualisation et une timeline multipiste (illimitée). Les effets et transitions sont très nombreux, mais la prévisualisation de ceux-ci n’est pas toujours explicite (contrairement à Final Cut Pro X) mais ils sont maintenant classés comme sur un Premiere Pro. Autre innovation majeure, les fenêtres sont maintenant détachables, épinglables et réglables. Si vous travaillez en multi-écran, vous comprendrez immédiatement le bénéfice. L’export de fichiers est subtil puisque l’on passe (de manière transparente) par MyDVD si l’on veut créer un disque (DVD ou BD) et il faudra s’acquitter de 6,7€ pour activer l’option Blu-Ray. D’ailleurs, l’exportation en H265 (HEVC) ne fonctionne qu’avec un PC Windows 10 équipé des derniers processeurs Intel (à partir de la génération 6) et des dernières cartes graphiques Nvidia (GTX 1060 et suivantes).

  • Fonctionnalités

Pinnacle Studio est devenu un incontournable du montage vidéo pour la gestion des rushes 3D stéréoscopiques, 4K, 360, stop-motion ou multicam (jusqu’à 6 caméras avec Ultimate). La version basique est limitée alors que la version Ultimate comprend tous les raffinements possibles. Elle est la seule à proposer un nombre de pistes illimitées, l’édition de vidéos 360, la gestion de l’UHD, les transitions en morphing auxquels s’ajoute le millier d’effets NewBlueFX. Avec au moins 1500 effets 2D/3D (selon les versions), ce logiciel ravira les monteurs créatifs. On trouve dans ce dernier opus la création de modèles vidéo pour accélérer la production.

Image 24 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Image 25 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Les versions Plus et Ultimate gèrent le suivi de mouvement (motion tracking), le split screen (découpage de l’écran en plusieurs zones vidéo) ainsi que la correction des optiques grand-angle des caméras sportives. Malheureusement les réglages automatiques ne sont pas toujours satisfaisants et la modification de ces derniers nécessite une extrême dextérité. Impossible de taper directement une valeur chiffrée, de déplacer une courbe ou utiliser le clavier, on est contraint de déplacer un curseur minuscule un peu au hasard. En revanche, le montage automatisé avec des modèles permet d’assembler, d’ajouter des effets et des transitions en quelques minutes.

Magix Vidéo deluxe 2018 (basique, Plus, Premium)

Image 2 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Magix Vidéo deluxe 2018 (basique, Plus, Premium)

78€ > Amazon
On aime
  • Ergonomie froide mais fonctionnelle
  • Supporte 3D, 360 et 4K (version Plus et Premium)
  • Prise en main guidée
On n’aime pas
  • Le logiciel évolue peu
  • Absence de fenêtre d’édition des plans
  • Pas de montage automatisé ou d'édition 3D ou 360 (dans version basique)
  • Codec HEVC optionnel (5 euros)
Verdict :

Une excellente boite à outils pour monter rapidement et joliment.

plus

  • Ergonomie

Image 28 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Comme Pinnacle Studio, Magix Vidéo deluxe est un puissant logiciel de montage pour le grand public depuis 2001. L’interface est un peu plus austère (rigueur allemande oblige) mais très rationnelle. Au bout de quelques minutes, on comprend la philosophie du logiciel fonctionnant autour de trois fenêtres principales. Une fenêtre gauche pour éditer vos rushes, une fenêtre en bas qui constitue la timeline et une fenêtre droite qui comprend les importations des rushes et des médias, les effets (audio et vidéo, animations, transitions, titres…).

Le montage automatique de plans est rendu possible par le mode StoryBoard. Par rapport à des logiciels grand public comme Corel VideoStudio ou Pinnacle Studio, l’éditeur allemand propose des listes d’effets sans icones suggérant leur résultat. La lecture (et le choix) est plus rapide, à défaut d’être plus informative. Magix a particulièrement mis l’accent sur l’apprentissage du logiciel. Soit avec ses tutoriels (en français s’il vous plait), soit sur le mode collaboratif, avec l’aide entre utilisateurs. La prise en main est agréable avec les différentes options de visualisation de la time-line ou la prise en charge d’un deuxième moniteur.

  • Fonctionnalités

Magix Video deluxe 2018, accepte l’importation, l’édition et l’exportation de vidéos 4K, facilitées par la prise en charge du codec HEVC et l’utilisation de proxys. Pour exploiter le codec H265, il faudra toutefois débourser 5€. Les modèles d’intros et d’outros assurent un rendu professionnel sans disposer de motion designer. Dans cette version basique, l’excellent plug-in de stabilisation proDAD Mercalli V2 ainsi que le suivi d’objet (motion tracking) sont disponibles. L’exportation est toujours possible sur DVD, Blu-Ray, Facebook, YouTube et Vimeo. Plus de 1500 effets sont prêts à l’emploi. Dans la version Plus, le monteur débutant mais lorgnant vers des techniques plus pointues est servi.

Image 29 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Image 30 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

On trouve ainsi le montage en multicam (jusqu’à 4 caméras), le montage de vidéos 360°, la correction du fisheye sur les optiques grand-angles et toujours le support de la 3D relief (avec plusieurs modes d’exports), l’édition audio spatialisée (son 5.1). L’utilisateur gagne une cohorte d’effets spéciaux dont iZotobe RX Elements, NewBlue FX Filters 5 ColorFast 2, NewBlueFX Elements 3 Overlay, Hitfilm Movie Essentials. La version Deluxe Plus est la plus intéressante mais Magix propose la version Premium (avec une myriade de vfx) pour moins cher.

Sommaire :

  1. Intro, sélection des meilleurs logiciels
  2. Apprendre à monter
  3. Recommandations matérielles
  4. Logiciels de montage grand public
  5. Logiciels gratuits pour débuter
  6. Logiciels de montage pro
  7. Logiciels de montage pro et gratuits