Accueil » Comparatif » Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

1 : Intro, sélection des meilleurs logiciels 2 : Apprendre à monter 3 : Recommandations matérielles 4 : Logiciels de montage grand public 6 : Logiciels de montage pro 7 : Logiciels de montage pro et gratuits

Logiciels gratuits pour débuter

OpenShot 2.4

On aime
  • Simplicité
  • Export facile vers YouTube, Vimeo, Flickr-HD
  • Stabilité améliorée
On n’aime pas
  • Peu d'effets audio/vidéo
  • Fonctionnalités sommaires
Verdict :

Open source, multiplateforme et gratuit, OpenShot est sympathique mais n’évolue plus guère.

plus

  • Ergonomie

Image 3 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Cette solution de montage date de 2008 mais a connu des progrès fulgurants (version Windows et macOS) grâce au financement participatif. Pour un logiciel open source et gratuit, OpenShot est très simple à utiliser. Dès le démarrage, un tutoriel guide l’utilisateur vers les principales étapes du montage. Et, ce qui ne gâche rien, l’application a été traduite dans la langue de Molière. Trouver une fonction dans les menus est donc assez limpide.

Le nombre de pistes est illimité et l’on peut mixer sommairement le son. Les raccourcis correspondent généralement à ceux de Première Pro mais vous pouvez les personnaliser pour plus de confort. L’affichage « vue simple » propose le traditionnel trio chutier, moniteur de visualisation et timeline.

  • Fonctionnalités

OpenShot est honorable car c’est un gratuiciel suffisant pour monter rapidement quelques séquences vidéo avec des effets spéciaux et de l’habillage (titres). Il ne prétend pas révolutionner le montage virtuel. On critiquait jadis ses tendances à friser, voire bugger inopinément. Cet opus 2.4 est cependant sensiblement plus stable (notamment sur Windows). Il conserve en permanence des fichiers temporaires pour récupérer le projet si le logiciel ferme inopinément et les undo/redo sont enregistrés dans le fichier projet. De plus, OpenShot accepte d’importer une cohorte de codecs et formats vidéo. Il existe déjà une kyrielle (405) de transitions et une myriade (55) d’effets spéciaux préconfigurés avec vignettes dédiées pour avoir une idée du résultat. Vous pouvez créer des titres animés complexes en 3 dimensions avec OpenShot.

Image 4 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Image 5 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Toutefois, le logiciel utilise la puissance de calcul de Blender. L’installation préalable du fleuron open source de modélisation 3D est donc nécessaire. Il existe normalement une excellente fonction d’importation de séquence d’images (utile pour les timelapses) mais nous ne l’avons pas trouvé sur Windows. La version Linux semble plus stable et sophistiquée. On apprécie également la multitude de formats d’exportation, dont les préréglages pour les populaires plateformes vidéo Viméo, YouTube, Flickr-HD. Vous pourrez désormais n’exporter que la vidéo ou que le son de votre montage.

Shotcut 18

On aime
  • Interface claire et facile
  • Adapté pour les graphistes web
  • Open source
On n’aime pas
  • Peu d’effets spéciaux audio/vidéo
  • Evolue lentement
Verdict :

Encore jeune, ShotCut fournit tout de même l’essentiel pour monter de petites vidéos.

plus

  • Ergonomie

Image 8 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Cette application est une autre solution de montage open source, également traduit en plusieurs langues dont le français. L’interface est un peu plus spartiate. Le traditionnel chutier devient une « liste de lecture » mais on peut utiliser un second moniteur, arranger ses fenêtres à sa manière comme sur Premiere Pro. Shotcut est souvent utilisé pour apprendre le montage.

On trouve ainsi des tutoriels en français, en plus des didacticiels maison mais en anglais. En affichant l’essentiel et avec le système d’onglets (propriété, filtres, exporter…), l’utilisateur novice n’est pas perdu. Plusieurs modes de désentrelacement et d’interpolation des vidéos sont proposés pour tirer parti des configurations un peu faiblardes. Shotcut exploite d’ailleurs le GPU de votre carte graphique pour accélérer les rendus et autres calculs. Cette solution de montage accepte autant de pistes audio-vidéo que vous le souhaitez.

  • Fonctionnalités

Shotcut importe (et exporte) nativement un nombre astronomique de codecs vidéo dont les fameux ProRes et son équivalent Windows DNxHD. Il accepte également l’ultra haute définition (jusqu’en 8192 x 8192 pixels). Comme OpenShot (version Linux), on peut importer des séquences d’images pour en faire des GIF animés ou timelapses. Pour améliorer ou corriger vos rushes, une quarantaine d’effets vidéo et une vingtaine d’effets audio sont préinstallés. Ils sont appelés « filtres » ici. Shotcut accepte des templates (modèles) HTML 5 pour ajouter des effets issus ou nom du webdesign, téléchargeables gratuitement ou non sur internet. Les combinaisons sont incroyables.

Image 9 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Image 10 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Les codeurs web pourront même éditer directement les modèles dans Shotcut. L’incrustation de titres 2D ou 3D est aussi faisable. Autant d’atouts pour réaliser rapidement et proprement un montage audio et vidéo. Rien n’empêche de corriger un pré-montage sur Shotcut avec un autre logiciel (pro) grâce à l’exportation EDL. Dans cette dernière mouture (18.01), l’effort a été porté sur la stabilité et quelques améliorations comme l’ajout d’un masque (avec couche alpha), la conversion de framerate (pour passer de 50 à 24 FPS par exemple), ou encore des effets spéciaux (dessin, gradation colorimétrique…).

VSDC Free Video Editor (5.8)

Image 2 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

VSDC Free Video Editor (5.8)

Gratuit€ > VSDC
On aime
  • Interface sympathique pour les débutants
  • Didacticiels
  • Montage semi-automatisé intéressant
On n’aime pas
  • Interface peu adaptée aux pros
  • Pas d'export 4K
  • Non compatible 3D/360°
Verdict :

Un bon logiciel pour les débutants en montage avec de nombreux effets spéciaux audio/vidéo.

plus

  • Ergonomie

Image 13 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Autant les monteurs amateurs seront un peu perdus par l’approche de cette application, autant les monteurs débutants apprécieront l’interface style « Office ». Dès le départ, l’utilisateur est « pris par la main ». Il a le choix de partir d’un projet vide (avec timeline vide et importation manuelle des rushes), enregistrer une vidéo depuis une source externe (pour numériser de vieilles cassettes par exemple), enregistrer l’écran de l’ordinateur (pour faire ses tutoriels) ou encore utiliser l’assistant de séquence de fichiers.

Avec ce dernier, glisser-déposer un plan, le découper rapidement, glisser-déposer une transition (parmi les 15 proposées), passer à l’autre plan, et ainsi de suite, est chose facile. VSDC monte automatiquement la séquence dans une enveloppe appelée « sprite ». Rien de plus simple. L’application est entièrement traduite en français. Dans la version testée (5.8), l’éditeur Flash Integro n’a pas modifié son interface et ergonomie.

  • Fonctionnalités

La version VSDC 5.8 n’est pas révolutionnaire mais optimise (vitesse) et ajoute quelques effets (fumée, sépia, solarisation…) et fonctions (compteur, export vers instagram…). Pour un logiciel très grand public, cette application de montage offre une large palette d’effets audio (24, dont des filtres) et d’effets vidéo (74, dont certains du style Instagram) préconfigurés. Pour les plus débutants, cette application contient quantité d’effets automatiques qui rattrapent des plans mal équilibrés en termes de lumière, contraste ou netteté notamment. Libre à vous pour diminuer ou augmenter davantage ces valeurs. A la manière des calques d’un logiciel de photographie, les effets peuvent se cumuler ou se soustraire. On peut ainsi faire du « fond vert » (chroma key).

Image 14 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?Image 15 : Montage vidéo : quel logiciel choisir ?

Très facilement, le montage produit a un aspect artistique ou du moins sophistiqué. Il est même possible de réaliser des vidéos avec des graphiques remplis de chiffres ! Les options d’exportation sont à la fois riches et simples. Soit vers un périphérique (PC, smartphone, DVD…), soit vers un certain conteneur vidéo (AVI, MPG, Flash, MKV…). Malheureusement, le MPEG 4 (H264) pour les vidéos HD ou les HEVC (H265) pour l’UHD ne sont pas pris en charge en export. VSDC se contente d’exporter au format webM (pour les sites web HTML 5). De toute manière, l’importation des rushes UHD est automatiquement convertie en Full HD. La version Pro (20€) offre l’accélération matérielle et des paramètres plus évolués (voix off, masque, incrustation…) ou des fonctions inédites (stabilisation vidéo, accélération matérielle, édition sonore).

Sommaire :

  1. Intro, sélection des meilleurs logiciels
  2. Apprendre à monter
  3. Recommandations matérielles
  4. Logiciels de montage grand public
  5. Logiciels gratuits pour débuter
  6. Logiciels de montage pro
  7. Logiciels de montage pro et gratuits