Accueil » Actualité » Montebourg : « Vivendi veut vendre SFR à Numericable » – MAJ : Vivendi confirme

Montebourg : « Vivendi veut vendre SFR à Numericable » – MAJ : Vivendi confirme

MAJ 14h12 : Vivendi confirme être entré en négociations exclusives avec Altice pour une durée de trois semaines. Toutefois tout n’est pas encore perdu pour Bouygues, car« à l’issue de trois semaines, le Conseil de surveillance se réunira à nouveau pour examiner les suites à donner et s’il doit en conséquence mettre un terme aux autres options envisagées. » Le conseil de surveillance explique avoir choisi l’offre de Numericable/Altice car « elle offre la meilleure sécurité d’exécution ». Altice propose 11,75 milliards d’euros en liquide et une participation de 32 % dans le nouveau groupe, liquidable selon des modalités programmées.

Interrogé sur Europe 1 ce matin, le ministre du Redressement productif (Arnaud Montebourg) a déclaré « J’ai cru comprendre que les dirigeants de Vivendi ont décidé coûte que coûte de vendre SFR à Numéricable ». Et pour lui, ce n’est pas réellement le meilleur choix : le gouvernement est favorable à un retour à trois opérateurs — l’offre concurrente serait un rachat de SFR par Bouygues, avec (dans le même temps) la vente du réseau de Bouygues Telecom à Free Mobile — et Numericable est une société qui est plus petite que SFR. Actuellement, Altice (le groupe qui détient Numericable) a un chiffre d’affaires de l’ordre de 5 milliards d’euros, et le rachat de SFR endetterait donc lourdement la société, avec un prêt d’environ 10 milliards d’euros pour racheter l’opérateur au carré rouge. Enfin, Bouygues Telecom et Free sont français, alors que Numericable appartient à Altice, une société luxembourgeoise cotée à Amsterdam.

Image 1 : Montebourg : « Vivendi veut vendre SFR à Numericable » - MAJ : Vivendi confirmeArnaud Montebourg (image Europe 1)

Le rachat de SFR, dans un marché très tendu entre les différents opérateurs, est très important : à la fin du mois de février, la piste Numericable était la principale, puis on a appris que Bouygues Telecom était aussi sur les rangs et que la société pourrait revendre son réseau à Iliad (Free Mobile), ce qui ferrait évidemment la joie de Xavier Niel, qui récupérerait un réseau complet (2G/3G et 4G) et éviterait de devoir payer d’énormes frais d’itinérances à Orange pour offrir une couverture nationale.

Dans la pratique, le choix de Vivendi devrait être connu dans la journée, une fois les principales places boursières fermées, c’est-à-dire après 17 heures.