Accueil » Actualité » mSATA : OCZ aussi, en SandForce et Barefoot

mSATA : OCZ aussi, en SandForce et Barefoot

Image 1 : mSATA : OCZ aussi, en SandForce et Barefoot

OCZ vient d’annoncer deux gammes de SSD au format mSATA, les Nocti et les Strata. Le mSATA, rappelons-le, est une norme utilisée dans les PC portables très fine et dans certaines cartes mère haut de gamme. Il s’agit d’un connecteur SATA 3 gigabits/s dans un format physique identique à celui des cartes Mini Card (PCI-Express pour ordinateurs portables), mais incompatible électriquement avec les cartes en question, pas question de remplacer une carte Wi-Fi par un SSD, donc.

OCZ Nocti

Le Nocti utilise un contrôleur SandForce 2100, la version d’entrée de gamme du SandForce SF-2281 utilisée dans les Vertex 3. L’interface SATA est limitée à 3 gigabits/s (300 Mo/s) et trois capacités sont proposées : 30, 60 et 120 Go. OCZ annonce 280 Mo/s en lecture et 260 Mo/s en écriture, mais il s’agit comme toujours de débits sur des données compressibles, les débits réels sont a priori nettement plus faibles. Pour l’écriture aléatoire, OCZ annonce 32 000 IOPS, ce qui est très correct, sauf pour le modèle de 30 Go qui se « contente » de 12 500 IOPS, ce qui reste élevé dans l’absolu.

OCZ Strata

Le Strata est un modèle d’entrée de gamme, qui utilise un contrôleur OCZ/Indilinx Barefoot Eco (la version qui utilise de la mémoire en 34 nm). Un modèle de 30 Go et un modèle de 60 Go sont proposés, avec des performances moyennes : 125 Mo/s en lecture, 40 Mo/s en écriture et 750 IOPS pour le premier et 130 Mo/s en lecture, 85 Mo/s en écriture et 1 500 IOPS pour le second. Même si les valeurs semblent faibles, elles sont d’une part indépendantes du type de fichiers (contrairement aux SandForce) et d’autre part suffisantes pour une machine d’entrée de gamme comme un netbook.

Le prix reste assez intéressant, même si les machines acceptant les SSD mSATA restent rares : 65, 110 et 200 * pour les modèles Nocti (30, 60 et 120 Go) et 50 et 80 € pour les Strata de 30 et 60 Go.