Accueil » Actualité » [MWC] Avec ses Galaxy S6 et S6 Edge, Samsung veut reconquérir le haut de gamme

[MWC] Avec ses Galaxy S6 et S6 Edge, Samsung veut reconquérir le haut de gamme

Image 1 : [MWC] Avec ses Galaxy S6 et S6 Edge, Samsung veut reconquérir le haut de gamme

La surprise n’était pas vraiment de mise, après les très nombreuses fuites de ces derniers jours, mais Samsung a bel et bien présenté aujourd’hui deux Galaxy S6, le « normal » et le Edge à écran incurvé. Les réactions face à ses smartphones sont antagonistes : certains déplorent la très grande similitude entre ses modèles et les S4 et S5 les ayant précédés, d’autres voient les très nombreuses améliorations externes et internes. Tous sont d’accord en revanche, pour dire que Samsung court derrière Apple.

Fini le plastique !

Certes la forme et l’apparence globale rappellent très fortement celle du S4 ou du S5, mais la construction et la finition sont d’un tout autre acabit. Samsung a enfin dit adieu au plastique, remplacé par un châssis métallique d’un seul tenant (pardon, Unibody). En outre, là où le S5 présentait des bordures épaisses qui lui donnaient un air pataud, le S6 renoue avec une certaine finesse. Les dimensions parlent d’elles-mêmes : le S6 mesure 143,4 x 70,5 x 6,8 mm, c’est-à-dire qu’il est 2 mm moins large et 1,3 mm plus fin que le S5. Il pèse 138 g, 5 g de moins que le S5. Le S6 Edge est encore un peu moins large (70,1 mm) mais un peu plus épais (7 mm).

Certains éléments de design (notamment le placement sur la tranche inférieure du jack audio, de la prise micro USB 2.0 et de la grille du haut-parleur) évoquent sans hésiter l’iPhone 6. Ce n’est pas un hasard, Samsung se comparant bien volontiers aux productions de son meilleur ennemi en soulignant à quel point son smartphone est meilleur. Le S6 serait par exemple fait d’un métal très résistant qui “ne pliera pas”.

Un SoC leader

Si la façade est séduisante, l’intérieur est encore plus intéressant. Le cerveau du Galaxy S6 et du Galaxy S6 Edge est le SoC Samsung Exynos 7420. Cette puce est ce qui se fait de mieux parmi les puces ARM – hors SoC Apple. Elle est dotée d’une architecture octocoeur big.LITTLE Cortex A53/A57, 64 bits comme le Snapdragon 810 de Qualcomm. Mais surtout, elle est gravée par Samsung à une finesse de 14 nm avec des transistors FinFET, quand Qualcomm doit se contenter du procédé 20 nm classique de TSMC. Grâce à cela, la puce Samsung devrait être capable d’offrir des performances supérieures avec une consommation moindre. Sur le papier, pourtant, la différence en fréquence est ténue : 2,1 GHz pour l’Exynos 7420 au lieu de 2,0 GHz pour le Snapdragon 810.

Les Galaxy S6 sont également les premiers pour la gestion de la mémoire vive LPDDR4 ; 3 Go sont présents. La mémoire de masse est aussi une première : Samsung utilise l’interface UFS 2.0 tout juste annoncée, qui promet des débits de 350 Mo/s au maximum. La capacité embarquée varie de 32 à 128 Go.

Et cet écran alors ?

À l’évidence, l’un des éléments distinctifs du Galaxy S6 est son écran, ou plutôt ses écrans. Les écrans du S6 et du S6 Edge partagent la même diagonale (5,1”), la même définition (2560 x  1440 pixels) et la même technologie (Super AMOLED). Ils sont également tous deux protégés par une lame de Gorilla Glass 4. La principale différence est évidemment la double courbure de l’écran du S6 Edge.

De manière remarquable, il semble que cette courbure ne serve aucun but pratique et ait uniquement une valeur esthétique. La possibilité d’afficher des notifications ou un lanceur d’applications, apparue sur le Galaxy Note Edge, a tout simplement disparue du S6 Edge. Ne reste que l’horloge.

Mais tant pis si l’écran courbe ne sert à rien ; il fait joli et permet au S6 Edge de se différencier nettement par rapport au flot de smartphones chinois Android 5 pouces qui ont inondé le marché et tirer les prix à la baisse. Samsung a là un moyen de réaffirmer son image… et sa marge.

Enfin un stabilisateur optique

L’appareil photo des Galaxy S6 marque un gros progrès sur le S5 : il est enfin doté d’un système de stabilisation optique. Le capteur semble le même (un capteur maison de 16 Mpix), l’optique, elle, est un peu plus lumineuse : elle ouvre à f/1,9 contre f/2,2, soit presque un demi-diaphragme de plus (comme disent les photographes), autrement dit le S6 pourra photographier à 400 ISO quand le S5 doit monter à 600 ISO.

L’ouverture de l’appareil photo serait aussi nettement accélérée et ne demanderait plus que 0,7 seconde.

De la recharge sans fil et très rapide

Recharger son smartphone peut devenir une véritable corvée : à mesure que les batteries ont augmenté en capacité, le temps nécessaire à les remplir en totalité a lui aussi augmenté. Les Galaxy S6 sont dotés de batteries (de 2 600 mAh) à charge rapide : le 0 à 100 % prendrait moitié moins de temps que sur un iPhone 6 et on pourrait récupérer l’équivalent de 4 h d’autonomie en seulement 10 minutes.

Par ailleurs, Samsung a intégré directement dans ses smartphones (autrement dit sans coque externe) la capacité de recharge sans fil. Le constructeur a bien fait les choses en assurant la compatibilité avec les standards WPC 1.1 et PMA 1.0.

Un capteur Touch ID, ou presque

Le Galaxy S6 fut le premier Samsung doté d’un lecteur d’empreintes digitales. Malheureusement, il était de mauvaise qualité. Les Galaxy S6 et Galaxy S6 Edge embarquent un nouveau capteur. Comme le Touch ID des iPhone, il n’est plus “à balayage” , mais sait lire en une fois l’ensemble de l’empreinte d’un doigt. La fiabilité de la reconnaissance en serait grandement améliorée, pour atteindre, selon les premiers testeurs, le niveau du Touch ID.

Les fans abandonnés

Malgré tous leurs progrès, les S6 et S6 Edge feront sans doute grincer des dents. La batterie n’est plus amovible. La mémoire n’est plus extensible, le port pour cartes mémoires micro SD ayant disparu.

Si ce n’était pas encore assez clair, Samsung n’a pas conçu les Galaxy S6 et S6 Edge pour faire plaisir à ses fans, mais pour séduire les acheteurs d’iPhone.

La disponibilité est donnée pour le 10 avril. Les prix sont encore inconnus.