Accueil » Actualité » MWC : Qualcomm parle de la 4G/LTE et ses évolutions

MWC : Qualcomm parle de la 4G/LTE et ses évolutions

Au MWC, Qualcomm nous a présenté différentes évolutions du LTE (la 4G) et ce que nous pourrons voir dans le futur sur nos smartphones et nos tablettes. La société américaine est très impliquée dans les réseaux LTE, étant donné qu’il s’agit du marché historique de la firme et qu’une bonne partie des appareils 4G utilisent des puces Qualcomm, que ce soit des modems séparés ou intégrés dans un SoC Snapdragon.

LTE cat 6 : 300 mégabits/s

La prochaine évolution importante, c’est le passage à la norme LTE cat 6 (les smartphones utilisent actuellement la cat 4). En théorie, elle permet d’atteindre 300 mégabits/s, alors que la cat 4 actuelle se limite dans le meilleur des cas à 150 mégabits/s. Le fonctionnement est assez simple : il s’agit d’une agrégation de canaux, comme la 3G à  42 mégabits/s (dual carrier). En LTE cat 6, les opérateurs peuvent utiliser deux bandes de fréquence en parallèle pour augmenter les débits et atteindre 300 mégabits/s s’ils disposent de 40 MHz. C’est évidemment là que le bât blesse : en France, les opérateurs peuvent obtenir 30 MHz dans le meilleur des cas. En effet, Orange dispose de 20 MHz dans la bande des 2 600 MHz et de 10 MHz dans la bande des 800 MHz. Il est donc possible en théorie d’atteindre environ 225 mégabits/s.

Chez Bouygues ou SFR, l’agrégation permet d’atteindre 25 MHz (15 MHz dans la bande des 2 600 MHz et 10 MHz dans la bande des 800 MHz) et Free ne dispose que de 20 MHz dans la bande des 2 600 MHz.

LTE sur la bande des 5 GHz

Une solution montrée est aussi assez intéressante : la possibilité de déployer des points d’accès LTE dans les bandes de fréquences « libres ». Qualcomm nous a présenté une technologie qui utilise la bande des 5 GHz (utilisée notamment en Wi-Fi 11a, 11n et 11ac) et permet de créer des petites zones permettant un accès en LTE. l’idée est intéressante pour désengorger rapidement des zones où le trafic est élevé (gares, stades, etc.), même si la législation française risque de poser des soucis : en effet, seuls les canaux 100 à 140 sont utilisables en extérieur en France, alors que les canaux 36 à 64 ne sont utilisables qu’en intérieur. La démonstration utilisait les canaux 149 à 161, qui sont interdits en France, donc la technologie n’est pas utilisable en l’état dans notre pays.

Image 1 : MWC : Qualcomm parle de la 4G/LTE et ses évolutionsDes bandes interdites en France

LTE Broadcast

Image 2 : MWC : Qualcomm parle de la 4G/LTE et ses évolutionsDu LTE broadcast en françaisDans les autres solutions présentées, Qualcomm montrait une solution de broadcast en LTE. La solution, déjà présentée il y a quelques années,consiste à réserver une partie du spectre pour envoyer les mêmes informations à tous les clients. L’idée est intéressante pour la télévision mobile — même si on sait parfaitement que le public n’est pas réceptif — mais surtout pour le sport. Les démonstrations se concentrent sur ce point : Qualcomm montre des solutions déployées dans des stades pour envoyer des images des matchs (ou des informations sur les autres événements en cours, des résumés, etc.) aux utilisateurs, sans surcharger le réseau mobile. La solution est intéressante techniquement dans certains cas, mais reste à voir ce que les opérateurs feront avec. Visiblement, Orange est intéressé et devrait présenter, comme à son habitude, cette solution durant le tournoi de Roland Garros.

VoLTE

Enfin, la société américaine nous a confirmé que les solutions actuelles sont totalement compatibles avec la VoLTE, alias Voice over LTE. Il s’agit de voix sur IP, sur le réseau LTE, alors qu’actuellement la voix passe en mode CSD sur les réseaux 2G et 3G. À terme, les opérateurs passeront sur cette technologie, ce qui devrait permettre de gagner un peu de bande passante sur les réseaux 3G et permettre de réallouer une plus grande partrie du réseau 2G aux technologies plus récentes comme le LTE. On devrait aussi, dans certains cas, obtenir une qualité significativement meilleure sur la voix, même si certains opérateurs ont déjà déployé des codecs large bande qui améliorent ce point.

Au final, les réseaux 4G devraient donc être utilisés de plus en plus et remplacer peu à peu certaines technologies, comme le Wi-Fi. La seule question à se poser est « quand ? ». En effet, les opérateurs sont en train de déployer les réseaux LTE et les changements de technologies ne seront donc pas nécessairement mis en oeuvre rapidement.