Accueil » Actualité » MWC : sentir les objets virtuels sous ses doigts

MWC : sentir les objets virtuels sous ses doigts

Image 1 : MWC : sentir les objets virtuels sous ses doigts

Les écrans tactiles ont un gros défaut : ils ne renvoient aucune sensation. Impossible par exemple de sentir sous ses doigts les touches du clavier virtuel. De nombreuses recherches ont été engagées pour palier ce manque et certaines semblent aboutir. Fujitsu a ainsi montré au MWC un prototype de tablette à retour haptique.

La technologie retenue par Fujitsu utilise des vibrations à haute fréquence (ultrasons) de la surface de l’écran afin de modifier la pression de la fine couche d’air entre le doigt de l’utilisateur et l’écran. Une plus haute pression crée une sensation de glisse, le doigt flottant sur un petit cousin d’air. Au contraire une faible pression « aspire » le doigt sur l’écran et renforce la sensation de friction. Reste alors à moduler les zones de glisse et de friction sur la surface de l’écran en fonction de l’image affichée pour créer des interactions impossible jusqu’alors.

Fujitsu a mis au point des démonstrations donnant des exemples de ce qui est possible : jouer de la harpe sur l’écran en ayant l’impression d’en pincer réellement les cordes, mixer en ayant l’impression de toucher les CD sur les platines, caresser les écailles d’un crocodile.

Les perspectives d’une telle technologie sont séduisantes, mais quels en sont les inconvénients. Fujitsu reconnaît que la génération des vibrations ultrasonores consomme une quantité d’énergie non négligeable, mais la société affirme avoir développé une méthode efficace pour des petits écrans comme ceux des appareils mobiles. Fujitsu espère pouvoir commercialiser sa technologie d’ici 2015.