Accueil » Actualité » Nos premiers tests du Tegra K1

Nos premiers tests du Tegra K1

Lenovo exposait au CES un écran un peu spécial, le ThinkVision 28. Il contient une plateforme ARM complète, lui permettant d’exécuter Android. Mieux encore, cette plateforme utilise un SoC Tegra K1, la toute dernière production de Nvidia. Le fabricant eu la gentillesse de nous laisser jouer avec et réaliser quelques benchmarks. Voici donc nos premiers résultats de test du Tegra K1.

Image 1 : Nos premiers tests du Tegra K1

Image 2 : Nos premiers tests du Tegra K1

Image 3 : Nos premiers tests du Tegra K1

Soulignons d’emblée une différence inhérente aux machines testées : le Tegra 4 est représentée par la tablette Tegra Note, la référence Nvidia et fonctionne à 1,9 GHz au maximum. Le Tegra K1 présent dans le ThinkVision 28 est a priori une puce de présérie et plafonne à 2,0 GHz contre 2,3 GHz pour ses versions définitives. En outre, les pilotes du K1 méritent sans doute encore beaucoup de travail alors que ceux du Tegra 4 sont éprouvés. Enfin, le ThinkVision fut testé sous Android 4.3 quand la Tegra Note fonctionnait sous Android 4.2. Autant de différences qui peuvent créer de gros écarts dans les tests.

3D Mark montre une progression très forte de la puissance GPU, d’environ 30 % par rapport au Tegra 4 et à un Snapdragon 800. La progression est bien moindre sur le test Physics, qui mesure surtout la puissance CPU. Elle est tout de même bien présente, signe que les promesses de Nvidia ne sont pas en l’air.

GFXBench dans sa version 2.7 livre un verdict encore plus favorable : le Tegra K1 y est 2,5 x plus rapide que le Tegra 4 et 2x plus rapide que le Snapdragon 800. 

Toutefois, le K1 ne domine pas partout. Antutu le place en retrait face au Tegra 4, surtout à cause de son test graphique. Difficile de savoir s’il s’agit d’un manque d’optimisation des pilotes ou d’un problème inhérent à l’architecture unifiée Kepler, dans ce benchmark.

Malgré une plateforme de test loin d’être finalisée, le potentiel de Tegra K1 semble bel et bien là. Si Nvidia parvient à le livrer en temps et en heure et si ça consommation n’est pas gargantuesque, ce SoC pourrait donc bien se tailler un joli succès dans les tablettes de 2014.