Accueil » Actualité » Nostalgeek 2001 (25) : Pentium III S, Mobility M9, graveur USB 2.0

Nostalgeek 2001 (25) : Pentium III S, Mobility M9, graveur USB 2.0

Nostalgeek 2001

Cet été, nous allons vous proposer le retour d’une rubrique, Nostalgeek. Et nous avons décidé de nous attarder sur une année précise : 2001. Lointaine et proche à la fois, l’année 2001 est intéressante à analyser, pour montrer les évolutions du high-tech en 10 ans. Chaque jour, pendant les vacances, nous allons vous proposer une rétrospective d’une semaine de 2001, avec les actualités de l’époque et une petite analyse sur ce qu’il en subsiste en 2011.

Toujours juin 2001, et une actualité très maigre.

CPU, chipset et mémoire

Intel a annoncé le premier Pentium III Tualatin en 130 nm, le Pentium III « S » 1,13 GHz. Ce modèle propose un cache de 512 ko intégré dans le processeur, comme les Xeon. À côté de ça, les Athlon overclockés font encore parler d’eux : un modèle à 1,82 GHz est proposé avec un système Vapochill.

En 2011, la différentiation sur la mémoire cache est très courante, notamment avec les gammes i3, i5 et i7 ou avec certains Phenom. Pour le refroidissement, certains utilisent l’azote liquide et c’est presque un « sport » mais c’est rarement utilisé commercialement…

GPU

Image 1 : Nostalgeek 2001 (25) : Pentium III S, Mobility M9, graveur USB 2.0Des rumeurs parlent d’une nouvelle Radeon, la Mobility M9. Elle devrait utiliser l’architecture R300 et est attendue en 2002.

En 2011, les cartes graphiques mobiles rattrapent les cartes graphiques de bureau. Et la Mobility M9 est bien sortie, mais elle n’était pas basée sur le R300 mais sur le RV250, une version moins chère et presque aussi efficace que le R300.

Stockage

Les premiers graveurs USB 2.0 arrivent, même si les appareils compatibles sont encore rares. C’est intéressant dans le sens ou l’USB 1.1 limite la vitesse à 6x en gravure alors que ce nouveau modèle peut atteindre 8x.

En 2011, les graveurs USB 3.0 arrivent parce que les graveurs USB 2.0 limitent la gravure à 6x. On ne parle évidemment plus de gravure de CD (1,2 mégabit/s) mais de gravure de Blu-ray (36 mégabits/s).