Accueil » Dossier » NVIDIA 3D Vision Surround : la claque de la 3D sur 3 écrans !

NVIDIA 3D Vision Surround : la claque de la 3D sur 3 écrans !

1 : Introduction 3 : Matériel nécessaire 4 : Jeux compatibles 5 : Configuration de test et benchmarks 6 : Far Cry 2 et S.T.A.L.K.E.R.: Call of Pripyat 7 : Call Of Duty: Modern Warfare 2 et Battlefield: Bad Company 2 8 : Just Cause 2 9 : Surround 2D vs Eyefinity 10 : Conclusion

3D Vision Surround : la technologie en détails

Le concept de « surround » est totalement neuf chez Nvidia. Au départ, même le SLI était limité à un seul écran : vous pouviez donc disposer d’un maximum de quatre GPU par PC, mais vous n’affichiez que sur un moniteur au total.

AMD a pris Nvidia par surprise en lançant sa gamme Radeon HD 5000. Pour les utilisateurs orientés bureautique ou production, l’Eyefinity permet d’étendre le bureau à trois écrans à l’aide d’une seule carte. Pour les joueurs, la technologie constitue une réponse à de bien vieilles prières : une seule Radeon HD 5870 de référence permet de jouer confortablement sur trois écrans ; la situation s’est d’ailleurs encore nettement améliore quand AMD a activé l’utilisation conjointe de l’Eyefinity et du CrossFire.

Chez Nvidia, la puce GF100 ne comporte que deux pipelines d’affichage ; au départ, nous sommes donc limités à deux moniteurs par carte. La société permet toutefois d’utiliser trois écrans en SLI : à l’utilisateur de choisir les trois sorties graphiques qu’il emploiera parmi les quatre disponibles.

Une fois les deux cartes installées, vous pouvez utiliser des écrans 60 Hz classiques comme les Dell U2410 qui trônent actuellement sur notre bureau et bénéficier de ce que Nvidia appelle le mode « Surround 2D » ; ou opter pour des écrans ou projecteurs 120 Hz (compatibles) et profiter pleinement du 3D Vision Surround, évolution logique du 3D Vision que nous avons testé il y a plus d’un an..

Comment deux cartes Nvidia dessinent sur trois écrans

Pour afficher sur un ou trois écrans à l’aide de deux cartes, Nvidia fait appel à une technologie nommée Alternate Frame Rendering (AFR).

Image 1 : NVIDIA 3D Vision Surround : la claque de la 3D sur 3 écrans !

Avec un seul écran, le GPU 1 dessine les images impaires et le GPU 2 les images paires. L’écran n’étant forcément connecté qu’à une seule carte, les informations de l’autre sont transmises à la première via le bus PCI Express et le connecteur SLI.

Image 2 : NVIDIA 3D Vision Surround : la claque de la 3D sur 3 écrans !

Avec trois écrans, le fonctionnement est identique : le GPU 1 dessine les images impaires et le GPU 2 les images paires. La différence, bien entendu, réside dans la taille des images, qui sont bien plus larges : 5760 x 1080, par exemple, au lieu de 1920 x 1080. Nvidia est resté assez vague sur la façon dont le moteur de rendu transmet les images aux trois écrans, ceux-ci étant branchés sur deux cartes différentes, mais il semble que les informations transitent une fois de plus par le bus PCI Express et le connecteur SLI.

Image 3 : NVIDIA 3D Vision Surround : la claque de la 3D sur 3 écrans !

En mode stéréoscopique, la charge de travail est tout simplement doublée, chaque image devant être dessinée deux fois (une fois par œil). Le fonctionnement reste toutefois plus ou moins inchangé : le premier GPU dessine les images impaires pour l’œil gauche et droit, tandis que le deuxième GPU fait de même pour les images paires de l’œil gauche et droit. Selon Nvidia, les deux GPU sont saturés en permanence.

La 3D Vision Surround désactive également vos paramètres de synchronisation verticale (v-sync) et passe systématiquement en 120 Hz afin que chaque œil perçoive 60 images par seconde. Vous ne dépasserez donc jamais les 60 fps en mode 3D stéréoscopique. L’AFR entraîne par ailleurs une légère baisse des performances, qui se traduit dans nos benchmarks par un framerate réel tournant aux alentours des 52 fps, ce qui reste néanmoins tout à fait jouable.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. 3D Vision Surround : la technologie en détails
  3. Matériel nécessaire
  4. Jeux compatibles
  5. Configuration de test et benchmarks
  6. Far Cry 2 et S.T.A.L.K.E.R.: Call of Pripyat
  7. Call Of Duty: Modern Warfare 2 et Battlefield: Bad Company 2
  8. Just Cause 2
  9. Surround 2D vs Eyefinity
  10. Conclusion