Accueil » Actualité » NVIDIA à Sony : « Pas assez cher, mon fils !»

NVIDIA à Sony : « Pas assez cher, mon fils !»

Image 1 : NVIDIA à Sony : « Pas assez cher, mon fils !»Project Shield : la console de NVIDIA

Tony Tamasi, vice-président contenu et technologie de NVIDIA a fait savoir dans une interview accordée à GameSpot que Sony avait demandé à sa compagnie de fabriquer le processeur graphique de sa PlayStation 4, mais que le prix proposé par le japonais n’était pas assez élevé.

Pas assez d’informations sur les négociations pour avoir un avis sur la situation

« Nous [M. Tamasi et NVIDIA] sommes arrivés à la conclusion que nous ne voulions pas faire des affaires aux prix que ces gars [Sony] étaient prêts à payer ». Nous ne savons évidemment pas les montants qui ont été négociés entre les deux sociétés. Nous ne savons pas non plus si le prix fixé par Sony a été défini par lui ou si c’était l’offre qu’AMD avait déjà faite au fabricant. Contrairement à ce que sous-entend le commentaire de M. Tamasi, il est possible qu’au moment des pourparlers entre les deux sociétés, AMD avait déjà fait une offre et que Sony cherchait à savoir si NVIDIA allait proposer un prix similaire ou inférieur, une pratique courante dans ce genre de négociation.

Pour mémoire, la PlayStation 4 utilisera un APU AMD intégrant des cores x86 Jaguar et un GPU équivalent à une Radeon HD 7850. Les rumeurs affirment que la société fabriquerait aussi les processeurs de la prochaine console de salon de Microsoft (cf. « AMD confirme à demi-mot les rumeurs sur la PlayStation 4 et la XBox 720 »).

NVIDIA est aussi devenu un fabricant de consoles

M. Tamasi a expliqué que les coûts liés à la fabrication d’une puce pour console auraient obligé NVIDIA à délaisser une autre partie de son activité et en bref, le jeu n’en vaut pas la chandelle. Il passe par une période de transition. Il est devenu en quelques années un fabricant de SoC importants et il va aussi sortir sa propre console portable (cf. « Project Shield : la console portable de NVIDIA avec un Tegra 4 »). On peut donc facilement imaginer qu’il n’a pas non plus voulu fournir la concurrence en puce graphique.

Et pour ceux qui n’ont pas compris la référence du titre :

Publicité Clio (1991)