Accueil » Actualité » Nvidia accuse Qualcomm d’avoir tué sa division de modem LTE Icera

Nvidia accuse Qualcomm d’avoir tué sa division de modem LTE Icera

Le dernier procès de NVIDIA contre Qualcomm serait un moyen de faire condamner le père des Snapdragon pour abus de position dominante, ou l’obliger à passer un accord à l’amiable. Pour arriver à ses fins, NVIDIA sort le spectre de ses modems LTE Icera.

Image 1 : Nvidia accuse Qualcomm d'avoir tué sa division de modem LTE IceraUn modem LTE Icera de NVIDIA

NVIDIA estime que la faillite de son ancienne division modem LTE Icera est due à Qualcomm. Le père des GeForce vient donc d’intenter un procès au père des Snapdragron pour abus de position dominante. NVIDIA affirme que Qualcomm faisait la vie dure aux compagnies intéressées par ses puces en causant des retards inexpliqués sur leurs commandes, en réduisant les volumes qu’ils étaient prêts à livrer, ou en refusant de travailler avec certains d’entre eux. Qualcomm a refusé tout commentaire à Bloomberg qui rapporte la nouvelle.

Pour en savoir plus sur NVIDIA et Icera :
NVIDIA abandonne la fabrication de ses modems LTE
Icera 500 : la 4G qui sera intégrée dans Tegra
Les modems de Nvidia pèsent sur ses bénéfices
– NVIDIA rachète le fabricant de contrôleurs Icera

Le squelette d’Icera pour faire pression sur Qualcomm

NVIDIA profite de la situation juridique difficile dans laquelle se trouve Qualcomm aujourd’hui. La Chine a déjà condamné la firme de San Diego pour abus de position dominante et l’Europe a déjà affirmé qu’elle pense faire la même chose. La procédure européenne est toujours en cours et il n’y a pas encore eu de décision de justice, mais Qualcomm est en situation défavorable. NVIDIA n’a pas porté ce procès devant une cour londonienne par hasard. La société espère probablement que la pression supplémentaire sera bénéfique à la procédure européenne ou qu’elle incitera Qualcomm à passer un accord à l’amiable.

Pour comprendre les déboires juridiques de Qualcomm :
L’Europe ouvrirait une enquête sur Qualcomm
L’Europe accuse Qualcomm d’abus de position dominante
La Chine inflige 863 millions d’euros d’amende à Qualcomm