Accueil » Test » NVIDIA GeForce GTX 780 : le Titan abordable ?

NVIDIA GeForce GTX 780 : le Titan abordable ?

1 : Introduction 2 : GeForce GTX 780 : la carte 3 : GeForce Experience et ShadowPlay 5 : Configuration de test et benchmarks 6 : Battlefield 3 (une carte) 7 : BioShock Infinite (une carte) 8 : Borderlands 2 (une carte) 9 : Crysis 3 (une carte) 10 : Far Cry 3 (une carte) 11 : Hitman: Absolution (une carte) 12 : The Elder Scrolls V: Skyrim (une carte) 13 : Tomb Raider (une carte) 14 : Battlefield 3 (SLI/CrossFire) 15 : BioShock Infinite (SLI/CrossFire) 16 : Borderlands 2 (SLI/CrossFire) 17 : Crysis 3 (SLI/CrossFire) 18 : Far Cry 3 (SLI/CrossFire) 19 : Hitman: Absolution (SLI/CrossFire) 20 : The Elder Scrolls V: Skyrim (SLI/CrossFire) 21 : Tomb Raider (SLI/CrossFire) 22 : Température, nuisances sonores et refroidissement 23 : Consommation et GPU Boost 24 : Performances 2D et 3D (OpenGL) 25 : Performances 2D et 3D (DirectX et CAD) 26 : Performances CUDA 27 : OpenCL : calcul simple précision 28 : OpenCL : calcul double précision 29 : Conclusion

GPU Boost 2.0 et overclocking

GPU Boost 2.0

Nous n’avons pas eu le temps de tester la fonctionnalité GPU Boost 2.0 en profondeur lors du lancement de la GeForce GTX Titan, mais celui de la GTX 780 nous a donné l’occasion de nous rattraper. Voici ce que nous avions écrit à l’époque :

Pour mémoire, le GPU Boost est la technologie propre à NVIDIA qui permet d’adapter les performances d’une carte graphique en fonction de sa charge de travail. Comme on le sait déjà, les jeux exercent justement des charges variables sur les GPU. Historiquement, les fréquences devaient être fixées en considérant le pire des cas de figure, d’où des performances très (trop) élevées lors de charges « légères ». GPU Boost change la donne en surveillant plusieurs paramètres pour ajuster les fréquences aussi loin que possible à la hausse comme à la baisse.

Le GPU Boost première génération visait une consommation maximale cible, 170 Watts dans le cas de la GTX 680. Cependant, les ingénieurs de NVIDIA ont constaté qu’il était possible de dépasser ce seuil sans prendre de risque à condition que les températures du GPU ne s’envolent pas. En clair, il existait des marges pour optimiser cette technologie.

Image 1 : NVIDIA GeForce GTX 780 : le Titan abordable ?

GPU Boost 2.0 tranche avec son prédécesseur dans la mesure où l’augmentation de la fréquence se fait en fonction d’un plafond thermique de 80°C et non plus d’une consommation maximale. On devrait donc constater des fréquences et tensions plus élevées que sur la GTX 680, dans les limites de 80°C et de ce que l’on est prêt à supporter en matière de nuisances sonores (c’est avec un ventilateur à 100 % de sa vitesse que GPU Boost 2.0 produira les meilleurs résultats). GPU Boost 2.0 réagit toujours avec une latence d’environ 100 ms. Nvidia a encore une marge de manœuvre considérable pour améliorer sa technologie en augmentant sa réactivité sur ses prochaines cartes.

Bien entendu, ces ajustements liés aux contraintes thermiques compliquent encore plus les tests que la première itération de GPU Boost. Tout élément capable d’influer sur la température du GK110 en bien ou en mal agit par ricochet sur les fréquences de la puce, ce qui pose problème lorsqu’il s’agit d’avoir des performances constantes lorsque l’on répète un benchmark à plusieurs reprises. Dans le contexte d’un laboratoire de tests, le mieux que l’on peut espérer est une température ambiante qui ne bouge pas.

Il faut aujourd’hui ajouter que la plafond thermique est réglable à la hausse : si, par exemple, vous désirez que la GeForce GTX 780 module ses fréquences et ses tensions en fonction d’un plafond de 85 ou 90°C, vous pouvez le paramétrer comme tel.

Et si vous souhaitez que votre GK110 se tienne aussi éloigné que possible de la limite supérieure que vous avez imposée, vous pouvez régler intégralement la courbe de ventilation de la GTX 780.

Overclocking

Lorsque Nvidia nous a expliqué les tenants et aboutissants de la Titan, les représentants de la société nous ont montré un utilitaire interne capable de lire les données de divers capteurs et, ce faisant, de diagnostiquer les comportements problématiques. Si un overclocking fait trop grimper la température du GK110 et provoque une réduction des fréquences, cet utilitaire loggue les informations correspondantes.

Image 2 : NVIDIA GeForce GTX 780 : le Titan abordable ?

Aujourd’hui, le fabricant a décidé d’activer cette fonctionnalité dans certaines applications, dont Precision X : lorsque le matériel dépasse certaines limites et va à l’encontre de l’overclocking, le logiciel vous en indique maintenant la raison et vous évite de vous arracher les cheveux à tenter d’identifier la cause du problème. On note également l’apparition d’un autre indicateur : la limite maximale d’overclocking, qui s’enclenche lorsque les pics de tension du GPU sont trop élevés. D’après Nvidia, si cet indicateur s’allume, vous risquez de griller votre carte. Mieux vaut dans ce cas lever le pied sur l’overclocking…

Sommaire :

  1. Introduction
  2. GeForce GTX 780 : la carte
  3. GeForce Experience et ShadowPlay
  4. GPU Boost 2.0 et overclocking
  5. Configuration de test et benchmarks
  6. Battlefield 3 (une carte)
  7. BioShock Infinite (une carte)
  8. Borderlands 2 (une carte)
  9. Crysis 3 (une carte)
  10. Far Cry 3 (une carte)
  11. Hitman: Absolution (une carte)
  12. The Elder Scrolls V: Skyrim (une carte)
  13. Tomb Raider (une carte)
  14. Battlefield 3 (SLI/CrossFire)
  15. BioShock Infinite (SLI/CrossFire)
  16. Borderlands 2 (SLI/CrossFire)
  17. Crysis 3 (SLI/CrossFire)
  18. Far Cry 3 (SLI/CrossFire)
  19. Hitman: Absolution (SLI/CrossFire)
  20. The Elder Scrolls V: Skyrim (SLI/CrossFire)
  21. Tomb Raider (SLI/CrossFire)
  22. Température, nuisances sonores et refroidissement
  23. Consommation et GPU Boost
  24. Performances 2D et 3D (OpenGL)
  25. Performances 2D et 3D (DirectX et CAD)
  26. Performances CUDA
  27. OpenCL : calcul simple précision
  28. OpenCL : calcul double précision
  29. Conclusion