Accueil » Actualité » NVIDIA pourrait-elle proposer du x86 ?

NVIDIA pourrait-elle proposer du x86 ?

Image 1 : NVIDIA pourrait-elle proposer du x86 ?

Une rumeur persistante indique que NVIDIA pourrait proposer, à terme, un processeur x86. La rumeur a plusieurs raisons : NVIDIA se lance dans le calcul, la société a récupéré des ingénieurs de chez Transmeta et les rapports de la société avec les constructeurs majeurs de processeurs (Intel et AMD) sont conflictuels. Bien évidemment, les rumeurs indiquent que la société ne se lancerait pas pour concurrencer les Core i7 et autres processeurs Phenom II X4 mais que NVIDIA miserait plutôt sur l’entrée de gamme.

Pourtant, cette rumeur a un problème : la société a-t-elle les capacités de produire un processeur performant ? Oui et non. Produire un GPU, ou plutôt une puce dédiée aux calculs, comme les Fermi, est une chose. Produire une puce x86 — jeu d’instruction notoirement complexe — qui soit compétitive en est une autre. Beaucoup ont essayé de concurrencer Intel mais seuls AMD et, dans une moindre mesure, Via ont réussi à concurrencer Intel, alors que beaucoup de constructeurs se sont cassé les dents sur ce marché (Rise, ST, IBM, Nec, etc.). L’idée que NVIDIA pourrait utiliser les compétences des ingénieurs de Transmeta est séduisante, mais il y a un mais : si Transmeta a disparu, ce n’est pas sans raison. La société a eu son petit succès à une époque, car elle proposait des processeurs qui consommaient peu mais avec des performances très faibles. Comme le gain en consommation était important, les faibles performances ne posaient pas de problèmes, mais actuellement, avec l’Atom et le Nano, ce marché existe et il y a peu de chances que NVIDIA arrive à s’y imposer. En fait, le concept lui-même de « translation binaire » proposé à l’époque par Transmeta (et que certains verraient dans une puce NVIDIA) est à la base voué à l’échec : pour que l’ensemble arrive à concurrencer un processeur qui utilise nativement un jeu d’instruction, il faudrait que ses performances brutes soient bien plus élevées que celles de sa cible. Et arriver à battre Intel sur ce terrain tout en gradant un prix contenu, c’est une mission presque impossible.

Que NVIDIA continue à proposer des processeurs basés sur un core ARM (qui par ailleurs n’est pas développé par NVIDIA) est une chose. Que la société vienne concurrencer de façon frontale AMD et Intel sur le terrain du x86 en est une autre. Reste une solution, souvent évoquée : racheter Via. Un Nano couplé à une puce NVIDIA, le tout gravé avec des technologies récentes (et pas le 65 nm de Fujitsu) et avec quelques optimisations pourrait vraiment réussir à s’imposer dans les netbooks et la charge ne serait pas trop importante pour NVIDIA, contrairement à la réalisation d’un CPU x86 « from scratch ».