Accueil » Actualité » Nvidia poursuivi en justice par… son assureur

Nvidia poursuivi en justice par… son assureur

Image 1 : Nvidia poursuivi en justice par... son assureur« Faute avouée à moitié pardonnée » dit-on. Mais lorsque la faute est à moitié avouée, que se passe-t-il ? On se fâche avec son assureur. C’est ce qu’est en train de vivre Nvidia d’après les révélations de notre confrère Mike Magee de TG Daily. Ce dernier a mis la main sur une plainte déposée par The National Union Fire Insurance Company (NUFI) contre un de ses clients, Nvidia. La compagnie d’assurance reproche à Nvidia sa gestion opaque de l’affaire des Geforce défectueuses et menace de ne pas rembourser les dommages subits par la firme.

Souvenez-vous, en juillet 2008, Nvidia annonçait avoir provisionné 200 millions de dollars pour indemniser ses clients ayant acheté certains GPU Geforce (notamment Geforce mobile) qui se révélaient défectueux avec le temps. Consécutivement, Dell, HP, Toshiba, Apple, Fujitsu, Asus, annonçaient des mesures préventives afin de limiter la casse des PC déjà vendus et menacés, tout en assurant prendre en charge la réparation même hors garantie des machines déjà tombées en panne. 

Voilà pour la communication publique. En coulisse, Nvidia négociait avec chacune des marques le montant des indemnités que la firme leur devait. Ainsi, Dell aurait obtenu de Nvidia un remboursement de 10 millions de dollars. Ces indemnités, payées par Nvidia à ses clients, lui seraient logiquement remboursées par son assureur, NUFI. Mais NUFI tique et renâcle, car Nvidia l’aurait tenu totalement à l’écart des négociations, et ne lui aurait pas fourni les informations suffisantes pour juger si, oui ou non, NUFI devait rembourser.

NUFI demande donc à la cour que Nvidia lui communique les dates de fabrication des PC portables concernés par le défaut, les dates auxquels ces PC furent livrés aux consommateurs, la liste des pannes constatées jusqu’à ce jour, les dates des réparations déjà effectuées, le détail des composants remplacés, le détail des dommages subit par les composants autres que le GPU, le texte des accords négociés par Nvidia avec ses clients. Une somme d’information que le caméléon s’est jusqu’à présent bien gardé de publier. La plainte nous en apprend d’ailleurs un peu plus. Les GPU concernés par le défaut sont les G86 (Geforce 8400), G86A2, G84, C51 (Nforce 590), G72 (Geforce 7300), G72M, G73 (Geforce 7600), G72A3, MCP67 (Nforce 630) et NV42 (Geforce 6800).

Ce n’est pas la première plainte que récolte Nvidia dans cette affaire. Certains de ses actionnaires s’étaient déjà plaints de la gestion opaque de cette crise, et récemment, certains particuliers ont tenté de formé une Class Action.