Accueil » Test » NVIDIA Shield : la tablette de jeu nomade idéale ?

NVIDIA Shield : la tablette de jeu nomade idéale ?

1 : Introduction 2 : Disponibilité, versions et accessoires 3 : Shield Tablet : tour du propriétaire 4 : Shield Controller : tour du propriétaire 5 : OS et suite logicielle 6 : Stylet 7 : Mode console et GameStream 8 : Grid, ShadowPlay et Twitch 9 : Les jeux 10 : Configuration du test 12 : HTML5 et JavaScript 13 : Benchmarks GPU 14 : Benchmarks GPGPU 15 : Luminosité, profondeur du noir, contraste et gamma 16 : Autonomie 17 : Conclusion

Benchmarks CPU

AnTuTu X

AnTuTu est un benchmark système pour Android qui a été conçu afin de tester les performances des appareils mobiles selon quatre catégories essentielles : graphiques (2D, interface utilisateur et 3D légère), CPU (calculs à virgule simple et virgule flottante, threading), RAM (lecture et écriture) et E/S (lecture et écriture).

Image 1 : NVIDIA Shield : la tablette de jeu nomade idéale ?

La Shield Tablet surpasse aisément ses rivales dans ce benchmark système grâce à son GPU Kepler, c’est-à-dire des performances plus que doublées par rapport à la toute dernière version du GPU Adreno 420 qui équipe le Snapdragon 805 ! Précisons cependant que l’avantage de Kepler tient spécifiquement au sous-test graphique en 3D, étant donné que l’Adreno 420 fait aussi bien en 2D.

Les trois SoC basés sur l’A15 surpassent l’architecture Snapdragon Krait dans le sous-test CPU. Les cores A15 du Tegra K1, nouvelle révision et bénéficiant d’une fréquence revue à la hausse, affichent un avantage d’environ 23 % sur le Samsung Exynos 5 Octa.

Avec un débit de 25,6 Go/s en bande passante mémoire, le Snapdragon 805 obtient le meilleur score RAM du benchmark, tandis que la Shield Tablet suit en deuxième position avec ses 14,9 Go/s.

Basemark OS II Full (Anti-Détection)

Basemark OS II est un utilitaire tout-en-un permettant d’évaluer les performances globales des appareils mobiles. Pour cela, les performances de chaque appareil sont exprimées en quatre catégories principales : système, mémoire, graphismes et Web. Le score système reflète les performances CPU et mémoire en s’appuyant spécifiquement sur les calculs d’entiers/à virgule flottante, ainsi que des traitements d’images sur un core/plusieurs cores CPU à partir d’un fichier 32 bits en 2048×2048. Le débit interne de la NAND est mesuré en lecture/écriture de fichiers à taille déterminée, laquelle varie de 65 Ko à 16 Mo, et dans un contexte de mémoire fragmentée. Du côté des graphismes, une unique scène mêlant 2D et 3D est utilisée pour ensuite appliquer plusieurs effets pixel shader et afficher 100 particules d’une traite, ce qui permet de tester les opérations Vertex des GPU. Le benchmark est rendu en 1920X1080 hors écran à 100 reprises avant d’être affiché sur l’écran. Enfin, le test Web exerce une charge sur le CPU en exécutant des transformations 3D et réajustement d’objets avec CSS, sans oublier un test HTML5 Canvas basé sur la physique des particules.

Image 2 : NVIDIA Shield : la tablette de jeu nomade idéale ?

Voilà un autre tour de force à l’actif du Tegra K1, puisque le SoC de NVIDIA affiche 2,5 fois les performances du Snapdragon 805 dans le sous-test graphique. Ce résultat est six fois supérieur à celui du GPU PowerVR G6430 de l’iPad Air et même 22 fois supérieur par rapport au modeste GPU GeForce ULP du Tegra 4.

En parallèle, l’Apple A7 reste inégalé sur les tests système et Web, lesquels sont particulièrement portés sur le CPU.

Geekbench 3 Pro (Anti-Détection)

Le benchmark de Primate Labs se distingue par sa compatibilité multiplateformes (Windows/OS X/Linux/iOS/Android). Geekbench produit deux séries de résultats : monothread et multithread. Pour chacune d’entre elles, des tests sont effectués dans trois catégories : calculs d’entiers, calculs à virgule flottante et mémoire. Les résultats individuels permettent de déterminer des scores par catégories, lesquels sont repris pour le calcul du score global.

Image 3 : NVIDIA Shield : la tablette de jeu nomade idéale ?

L’A7 de l’iPad Air rapporte les scores les plus élevés et ce malgré le fait que sa fréquence de fonctionnement soir inférieure à celle des autres SoC. L’accent mis sur sa largeur d’exécution ainsi que ses caches conséquents constituent la formule gagnante.

Une fois encore, le Snapdragon 805 finit derrière le Tegra K1 pour ce qui est des performances CPU avec un déficit d’environ 13%. Par rapport aux cores A15 moins rapides de l’Exynos 5 Octa, les performances du Tegra K1 s’échelonnent presque parfaitement avec le gain de fréquence.

Image 4 : NVIDIA Shield : la tablette de jeu nomade idéale ?

Ayant deux fois moins de cores CPU que les SoC concurrents, l’A7 tombe de sa première place sur le sous-test multithread au profit du Tegra K1.

Le Snapdragon 805 montre à nouveau son excellente bande passante mémoire. En revanche, ses scores en calcul d’entiers/à virgule flottante sont inférieurs à ceux du Snapdragon 800 qui équipe la Galaxy Note 10.1 4G, elle-même 23 % moins performante que la Shield Tablet sur les sous-tests identiques.

MobileXPRT 2013

Principled Technologies propose avec MobileXPRT un benchmark moderne pour les SoC sous Android, lequel propose dix tests très représentatifs des conditions d’utilisation réelles, sous-divisés en deux catégories : performance et expérience utilisateur.

 La composante performance contient cinq tests : application d’effets sur image, création de collages photo, création de diaporama, chiffrage de données personnelles et enfin reconnaissance faciale pour le tri des photos. La composante expérience utilisateur compte également cinq tests : défilement de liste, défilement de grille, défilement de galerie, défilement navigateur, zoom et pincer. Les résultats sont mesurés en images par seconde.

Image 5 : NVIDIA Shield : la tablette de jeu nomade idéale ?

Malgré un avantage de 16 % en termes de fréquence, le Tegra K1 affiche quasiment les mêmes scores que l’Exynos 5 Octa dans chaque test. Les résultats de ce benchmark ne sont pas représentatifs de la fréquence CPU ou de la bande passante mémoire, ce qui rend leur explication difficile.

Image 6 : NVIDIA Shield : la tablette de jeu nomade idéale ?

L’unité de mesure pour les tests d’expérience utilisateur est le nombre d’images par seconde. Les valeurs pour chaque sous-test apparaissent sur les barres du graphique. Le nombre à droite de chaque barre est le score calculé par rapport à une machine calibrée (le Droid Razr M de Motorola) : plus il est élevé, meilleures sont les performances.

La Shield Tablet est assez limitée par la v-sync dans tous les tests à l’exception du défilement de galerie. Tous les appareils se situent dans une fourchette de 10 % et procurent un débit d’image acceptable.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Disponibilité, versions et accessoires
  3. Shield Tablet : tour du propriétaire
  4. Shield Controller : tour du propriétaire
  5. OS et suite logicielle
  6. Stylet
  7. Mode console et GameStream
  8. Grid, ShadowPlay et Twitch
  9. Les jeux
  10. Configuration du test
  11. Benchmarks CPU
  12. HTML5 et JavaScript
  13. Benchmarks GPU
  14. Benchmarks GPGPU
  15. Luminosité, profondeur du noir, contraste et gamma
  16. Autonomie
  17. Conclusion