Accueil » Actualité » NVIDIA Shield : sortie le 31 juillet

NVIDIA Shield : sortie le 31 juillet

Image 1 : NVIDIA Shield : sortie le 31 juilletShield

La  « console » NVIDIA Shield est en retard, on le sait. Et NVIDIA a finalement donné une nouvelle date pour son produit : le 31 juillet. Rappelons que cette console est attendue, essentiellement pour deux raisons : c’est un des premiers appareils sous Tegra 4 et c’est aussi un appareil que NVIDIA va vendre sous sa marque, ce qui est assez rare.

Un appareil hybride

NVIDIA vend son produit avec deux usages assez distincts, même s’ils sont liés au monde du jeu vidéo. Premièrement, c’est une console de jeu sous Android (4.2.2 à la sortie, normalement), équipée avec un SoC rapide, des boutons physiques efficaces et un écran 720p à dalle IPS. Concrètement, on a trois choses que la console sous Android d’Archos a ratées : elle était équipée d’un SoC d’entrée de gamme, de boutons physiques perfectibles et d’un écran utilisant une dalle TN. Comme NVIDIA a une certaine aura dans le monde du jeu vidéo, les jeux optimisés sont déjà là et la console utilise les API standards pour les boutons, ce qui la rend utilisable avec les jeux prévus pour les dernières versions d’Android.

Le second usage, c’est comme « PC de jeu portable ». La console, couplée à une carte graphique NVIDIA dans votre PC (génération Kepler), sert d’écran externe. Le concept est simple : les images sont envoyées au moteur d’encodage matériel de la carte graphique au lieu d’aller vers l’écran, et le flux est ensuite transmis à la console, avec une latence imperceptible selon les premiers retours. On peut donc jouer à n’importe quel jeu sur sa console depuis le salon, aux toilettes, etc. Dans ce cas précis, le SoC Tegra 4 travaille peu — c’est le PC qui va effectuer tous les calculs — et on peut donc espérer une bonne autonomie. Quelques ajustements sont parfois à effectuer sur les commandes, mais la console émule visiblement un gamepad de Xbox 360, un périphérique très standard et bien pris en charge dans les jeux.

Reste le souci du prix : même à 300 $, la console reste assez onéreuse. Les consoles portables classiques sont certes moins puissantes, mais elles ont l’avantage d’être bien supportées (oui, même la PlayStation Vita) alors que la pérennité de la console de NVIDIA n’est pas assurée et va dépendre de son succès.