Accueil » Dossier » OCZ Agility 4 : le bon compromis ? » Page 4

OCZ Agility 4 : le bon compromis ?

1 : Introduction 2 : A l’intérieur de l’Agility 4 3 : Configuration du test 5 : Performances séquentielles 128 Ko 6 : Performances incompressibles 7 : Storage Bench v1.0 & PCMark 7 8 : Consommation 9 : Conclusion

Performances aléatoires 4 Ko

Performances aléatoires en lecture

Exemples : analyse antivirus, traitement de texte

Image 1 : OCZ Agility 4 : le bon compromis ?

Tout ce temps passé avec des SSD SandForce nous a fait prendre conscience du fait que deux modèles ayant le même type de NAND affichent les mêmes performances caractéristiques et ce quelle que soit la marque ou le fabricant.

La comparaison entre Agility et Agility 3 nécessite de se pencher sur de nombreux cas de figure en matière de débits, tout en sachant qu’il est délicat de tirer des conclusions lorsque l’on a plusieurs modèles aux performances similaires sur un même graphique. Pour simplifier les choses et rendre les graphiques plus cohérents, nous y faisons figurer l’Intel SSD 520 et l’OCZ Agility 3 pour respectivement représenter les SSD SandForce à mémoire synchrone/asynchrone. Faute d’avoir un Intel SSD 520 de 120 Go, nous avons pris un Vertex 3 de capacité égale. Enfin, l’Intel SSD 320 constitue une bonne base de comparaison avec l’Agility 4, mais il a été délibérément limité à sa déclinaison 300 Go dans le souci de ne pas surcharger le graphique.

Peu importe le type de NAND qu’ils embarquent, les différents SSD SandForce affichent des débits maximum en lecture aléatoire très proches : SSD 520, Vertex 3 et Agility 3 plafonnent tous aux alentours de 360 Mo/sec et ce quelle que soit leur capacité. Avec une seule commande E/S en file d’attente, SSD 520, Vertex 3, m4 et 830 se tiennent entre 75 et 90 Mo/s tandis que SSD 320, SSD 330 et Agility 3 démarrent entre 66 et 68 Mo/s.

L’Agility 4 montre quant à lui des performances bien inférieures et nettement plus nivelées au fur et à mesure que la file d’attente se rallonge : les modèles de 64, 128 et 256 Go commencent tous trois à environ 25 Mo/s pour atteindre respectivement 180, 225 et 260 Mo/s, ce qui correspond à ce que l’on peut attendre de SSD milieu de gamme. En parallèle, le Vertex 4 de 256 Go démarre aux alentours de 30 Mo/s pour atteindre 340 Mo/s.

Performances aléatoires en écriture

Exemples : compression de fichiers, navigation Internet

Image 2 : OCZ Agility 4 : le bon compromis ?

Les courbes sont plus resserrées ici. L’OCZ Agility 3 se situe à ~60 Mo/s avec une seule commande en file d’attente, niveau que l’Agility 4 atteint globalement sans encombre.

En revanche, on fait un tout autre constat avec une longue file d’attente : l’Agility 4 de 64 Go semble atteindre un pic de performance à 19 commandes, après quoi le débit plonge. Sa déclinaison 128 Go affiche une montée en débit plus stable pour atteindre 300 Mo/s, tandis que la version 256 Go s’illustre : malgré un positionnement milieu de gamme, l’Agility 4 parvient alors à tenir la comparaison avec Vertex 4 et 3 ainsi qu’à devancer le Crucial m4 et le Samsung 830.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. A l’intérieur de l’Agility 4
  3. Configuration du test
  4. Performances aléatoires 4 Ko
  5. Performances séquentielles 128 Ko
  6. Performances incompressibles
  7. Storage Bench v1.0 & PCMark 7
  8. Consommation
  9. Conclusion