Accueil » Dossier » OCZ Agility 4 : le bon compromis ? » Page 6

OCZ Agility 4 : le bon compromis ?

1 : Introduction 2 : A l’intérieur de l’Agility 4 3 : Configuration du test 4 : Performances aléatoires 4 Ko 5 : Performances séquentielles 128 Ko 7 : Storage Bench v1.0 & PCMark 7 8 : Consommation 9 : Conclusion

Performances incompressibles

S’agissant des Vertex & Agility deuxième et troisième génération, OCZ a toujours mis en avant la technologie de compression propre aux contrôleurs SandForce et les résultats qui en découlent. Ceci n’a rien de surprenant étant donné que les SSD munis de ces mêmes contrôleurs sont à la peine sur les données incompressibles. Naturellement, les fabricants de SSD utilisant d’autres contrôleurs ne se privent pas de mentionner les cas de figure impliquant des données incompressibles comme c’est maintenant le cas d’OCZ avec l’Everest 2, puisque ce dernier s’appuie sur une architecture Marvell.

Les graphiques ci-dessous confirment une tendance de fond. Pour avoir un aperçu complet des performances d’un SSD, il est donc essentiel d’effectuer des benchmarks avec des données compressibles et incompressibles.

Ecriture aléatoire de données incompressibles

Image 1 : OCZ Agility 4 : le bon compromis ?

Lorsque la file d’attente de contient qu’une seule commande, tous les SSD plafonnent ici entre 70 et 80 Mo/s. Avec 4 commandes et plus, les écarts deviennent considérables.

Les différents modèles se classent comme suit du plus au moins rapide :

  1. Vertex 4 256 Go
  2. Agility 4 256 Go
  3. Agility 4 128 Go
  4. Vertex 3 240 Go
  5. Agility 4 64 Go
  6. Agility 3 180 Go
  7. Vertex 3 120 Go
  8. Agility 3 120 Go
  9. Vertex 3 60 Go
  10. Agility 3 60 Go

Quelle que soit la capacité de référence, le Vertex 3 surpasse systématiquement l’Agility 3, sachant que cet écart s’explique par le type de NAND employé (synchrone dans le cas du Vertex et asynchrone pour l’Agility). Bien entendu, ceci vaut également pour la quatrième génération de Vertex/Agility. On peut surtout constater que l’Everest 2 traite toutes les données –compressibles ou pas – de la même manière, ce qui permet à l’Agility 4 d’assurer ici des débits en écriture aléatoire deux fois supérieurs à ceux de son prédécesseur à capacité égale.

Ecriture séquentielle de données incompressibles

Exemples : copie/création multimédia, manipulation d’archives, chiffrage, gameplay de certains jeux et capture vidéo.

Image 2 : OCZ Agility 4 : le bon compromis ?

Les débits sont plus élevés par rapport au précédent graphique, mais la hiérarchie est presque identique. Toutefois, la présence d’une seule commande en file d’attente n’a qu’un effet marginal sur les performances exception faite des Vertex et Agility 4 256 Go.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. A l’intérieur de l’Agility 4
  3. Configuration du test
  4. Performances aléatoires 4 Ko
  5. Performances séquentielles 128 Ko
  6. Performances incompressibles
  7. Storage Bench v1.0 & PCMark 7
  8. Consommation
  9. Conclusion