Accueil » Actualité » Optinvent : la start-up française qui défie les Google Glass

Optinvent : la start-up française qui défie les Google Glass

Image 1 : Optinvent : la start-up française qui défie les Google GlassAu premier plan : le prototype actuel. Au second : la version finale allégée.

Alors que Google retarde toujours davantage l’invasion de ses Glass, nous avons pu essayer lors du CES les lunettes ORA-S du français Optinvent. Présentées comme des lunettes “intelligentes” à réalité augmentée, elles reprennent donc le concept de la connexion via Wi-Fi ou Bluetooth au smartphone ou à la tablette se trouvant dans votre poche afin d’en exploiter les informations. Surtout, plus qu’une pâle copie, elles ambitionnent de dominer le modèle de Google, avant tout via une surface d’affichage environ 3 fois plus grande (angle d’affichage de 24° en diagonale contre 14° pour les Glass), une meilleure luminosité (3000 Nits) permettant une utilisation en extérieur ensoleillé, ou encore la technologie Flip-Vu. Celle-ci autorise le pivotement de la surface d’affichage de façon à la situer soit en position moyenne-haute, comme sur les Glass, soit sur la partie inférieure des lunettes, un peu comme des sous-titres. L’écran devient alors moins omniprésent et paraît plus conciliable avec une utilisation de longue durée.

Image 2 : Optinvent : la start-up française qui défie les Google GlassLe Flip-Vu

En outre, les ORA-S permettent par ailleurs de voir à travers les images/informations projetées sans gêne, contrairement aux Glass qui souffrent plus de reflets et distorsions. Nous avons particulièrement apprécié cet aspect en pratique : pendant notre discussion avec les représentants de l’entreprise, nous diffusions en même temps le trailer d’un film d’animation que nous avons situé à mi-hauteur. Notre regard se portait au choix sur le dessin animé ou sur notre interlocuteur situé juste derrière, sans effort et ce malgré une luminosité importante de la vidéo.

Techniquement, ces lunettes disposent d’une définition de 640×480 (contre 640×360 pour les Glass), un caractéristique technique qui pourrait paraître un peu faiblarde sur le papier alors qu’en réalité elle constitue un point fort, la résolution et le piqué des vidéos affichées étant très impressionnants du fait de l’éloignement infime avec la rétine. La start-up Optinvent, qui compte seulement 8 personnes, a déposé pas moins de 9 brevets sur l’afficheur qui est constitué en plastique afin de rester léger.

Image 3 : Optinvent : la start-up française qui défie les Google GlassGros plan sur l’afficheur

Beaucoup d’électronique complète le dispositif : batterie Lithium-ion offrant une autonomie typique de 8 heures (4 heures en usage intensif), caméra frontale, 9 capteurs de mouvement axiaux, un capteur de lumière ambiante et bien sûr un micro et un haut-parleur. Le tout pèse 70 grammes, un poids plutôt élevé pour des lunettes (les Glass ne dépassent pas 50 g), et c’est d’ailleurs le principale reproche que nous leur ferrions. Notre essai s’est en effet réalisé sur un prototype filaire dont le câble assez rigide relié à l’électronique alourdit l’ensemble et réduit son ergonomie qui pourrait être largement améliorée. Il faut en effet savoir que les premiers modèles, destinés aux développeurs afin d’amorcer la pompe au niveau des applications (un SDK est fourni avec), ne seront envoyés qu’à partir de mars pour un prix de 900 €. La version définitive et grand public, elle, sera plus légère et plus fine, mais n’est pas attendue avant le second semestre de cette année. Outre sa plus grande légèreté et compacité, elle sera proposée sous la forme de lunettes de soleil photochromiques, ce qui signifie que les verres se teinteront en fonction de la quantité d’ultraviolet à laquelle ils sont soumis. Les myopes n’ont pas été oubliés puisqu’il sera possible de rajouter des verres correcteurs venant se fixer sur la monture, avant ses propres verres, ainsi qu’un repose-nez spécifique pour un ajustement parfait.

Image 4 : Optinvent : la start-up française qui défie les Google GlassLe prototype filaire testé

Côté usages et clients enfin, Optinvent cible d’une part le grand public amateur de réalité augmentée – notamment via toutes les informations tirées du positionnement GPS – et les sportifs (du moins ceux qui “supporteront” des lunettes qui risquent de rester un peu lourdes au final pour  cet usage bien spécifique), et le domaine industriel d’autre part (secteur médical, aviation civile et militaire, la maintenance et la logistique, etc.).

Pour notre part, nous attendons avec une certaine impatience de pouvoir tester le modèle définitif !