Accueil » Actualité » Pas à pas : Monter son drone quadricoptère haut de gamme » Page 5

Pas à pas : Monter son drone quadricoptère haut de gamme

1 : Introduction 2 : TBS Discovery Pro 3 : Montage 4 : Notre avis sur le TBS Discovery Pro 6 : Contrôleur de vol : DJI Naza-M V2 7 : La nacelle 8 : FPV: Lawmate, Fat Shark et TBS 9 : Savoir être un utilisateur responsable

Liaison radio : FrSky et ImmersionRC

Le contrôle du Discovery Pro est assuré par l’ensemble radiocommande FrSky Taranis X9D, module émission EzUHF ImmersionRC et contrôleur de vol DJI Naza-M V2. C’est par ailleurs au niveau de ce trio que le multirotor nécessite la majeure partie de sa configuration logicielle.

Lorsque nous avons reçu notre kit longue portée, la radiocommande Taranis X9D était configurée pour communiquer sur la bande 2,4 GHz. Pour améliorer sa portée, il fallait ajouter un module ImmersionRC EzUHF JR, lequel est capable de délivrer jusqu’à 500 mW sur une plage allant de 430 à 440 MHz. Naturellement, la Taranis X9D est compatible avec le standard JR, ce qui nous a donc permis de retirer facilement son cache arrière pour aligner les points de contact et enfin insérer le module dans la radiocommande (précisons qu’un défaut d’usinage ne nous a pas permis d’assurer un parfait maintien du module).

De la même manière, la connexion du module via USB à notre Lenovo Helix puis sa configuration logicielle s’est faite sans encombre, tout comme celle de l’ImmersionRC EzUHF longue portée RC RX, situé sur le Discovery Pro afin de recevoir les commandes du Taranis X9D. Les deux modules nécessitent une correspondance au niveau de leurs firmwares respectifs (ce qui était déjà le cas à réception pour nous). L’utilitaire ImmersionRC Tools est là au cas où une mise à jour s’avèrerait nécessaire. Ce dernier facilite également la personnalisation des canaux de transmission, la configuration de l’ordre des voies, l’analyse du spectre radio en temps réel, la configuration des antennes et enfin le décompte des canaux. Précisons par ailleurs que la technologie PPM, que nous recommandons vivement, est également proposée par ImmersionRC Tools. Le fait de passer en PPM nous a permis de brancher le récepteur RC longue portée sur le TBS avec seulement deux servocâbles : un pour transmettre le signal PPM et l’autre pour passer d’une caméra à l’autre. Pour mémoire, la technologie PWM nécessite un câble par canal.

Image 1 : Pas à pas : Monter son drone quadricoptère haut de gamme

L’association du transmetteur au récepteur de manière à ce qu’ils puissent communiquer entre eux est une étape facile, semblable à l’association entre des appareils Bluetooth. Ce n’est clairement pas la liaison entre le pilote et le multirotor qui limite les possibilités dans le cas présenté.

La configuration de la radiocommande Taranis X9D est nettement plus longue, sans pour autant être pénible. Celle-ci propose des alertes sonores pour les réglages/valeurs/seuils que l’on souhaite, ce qui est particulièrement appréciable lorsque l’on porte des lunettes FPV. Par ailleurs, un système de modèles permet de récupérer la configuration d’un autre utilisateur de Discovery Pro. Celui-ci propose jusqu’à 16 canaux ainsi que de multiples possibilités de réglages. En clair, le degré de liberté est tellement conséquent qu’il faut nécessairement un certain temps pour l’appréhender.

Sur ce point, nous n’aurions jamais pu nous en sortir avec le manuel du FrSky comme seule source de connaissances. Même les tutoriels sur YouTube ainsi que les forums ne sont pas exhaustifs : il nous a fallu trois ou quatre sources différentes pour que notre Taranis X9D puisse fonctionner comme voulu. Bien entendu, on commence par les commandes basiques gaz (throttle), lacet (yaw), tangage (pitch), roulis (roll), mais il faut également ajouter l’inclinaison/rotation  de la nacelle ainsi qu’un sélecteur caméra FPV/GoPro. La dernière difficulté consistait à personnaliser le commutateur de vol à trois positions afin d’avoir accès aux modes GPS, altitude et manuel du Naza-M, tout en sachant qu’un autre interrupteur permet de passer au mode Failsafe. Précisons qu’après avoir effectué tous ces réglages, il nous restait encore à lire 10 des 13 pages du mode d’emploi fourni avec le Discovery Pro.

Image 2 : Pas à pas : Monter son drone quadricoptère haut de gamme

Ceci étant dit, la Taranis X9D s’est montrée globalement très plaisante à l’utilisation. Le mouvement des manches inspire confiance, les commutateurs restent bien en place après un changement de position, l’écran LCD rétroéclairé de la radiocommande propose une navigation assez facile et son carénage est suffisamment résistant sans pour autant peser une tonne. Cependant, on aurait apprécié le fait de pouvoir démonter l’antenne intégrée ainsi qu’une batterie Ni-MH de meilleure qualité. Signalons également que la Taranis 9XD s’appuie sur des logiciels libres, ce qui permet donc à n’importe qui de télécharger le code source pour le modifier à l’envie. Enfin, cette radiocommande est nettement moins chère que les modèles concurrents chez Futaba, ce qui nous a permis de faire des économies non négligeables.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. TBS Discovery Pro
  3. Montage
  4. Notre avis sur le TBS Discovery Pro
  5. Liaison radio : FrSky et ImmersionRC
  6. Contrôleur de vol : DJI Naza-M V2
  7. La nacelle
  8. FPV: Lawmate, Fat Shark et TBS
  9. Savoir être un utilisateur responsable