Accueil » Actualité » Pas à pas : Monter son drone quadricoptère haut de gamme » Page 9

Pas à pas : Monter son drone quadricoptère haut de gamme

1 : Introduction 2 : TBS Discovery Pro 3 : Montage 4 : Notre avis sur le TBS Discovery Pro 5 : Liaison radio : FrSky et ImmersionRC 6 : Contrôleur de vol : DJI Naza-M V2 7 : La nacelle 8 : FPV: Lawmate, Fat Shark et TBS

Savoir être un utilisateur responsable

Peu après avoir reçu la NVIDIA Shield Portable (rebaptisée ainsi depuis la sortie de la Shield Tablet), nous nous sommes amusés à l’utiliser pour piloter un Parrot AR.Drone 2.0 avec succès. S’il est clair que nous étions impatients à l’idée de piloter le TBS Discovery Pro juste après l’avoir monté, la donne était tout de même assez différente : l’AR.Drone 2.0 coûte environ 280 euros, soit 8,5 fois moins que le multirotor assemblé pour cet article. Le Discovery Pro est capable de voler plus loin, ses moteurs susceptibles de causer des dégâts autrement plus importants et il était absolument hors de question que nos voisins puissent penser qu’on les espionnait. Nous avons donc attendu que le temps soit au beau fixe pour aller dans un champ suffisamment vaste et reculé afin de progresser sans mettre qui que ce soit en danger.
 Image 1 : Pas à pas : Monter son drone quadricoptère haut de gamme

Le processus d’assemblage est attrayant, la configuration logicielle qui s’en suit peut être difficile, tandis que le pilotage en vue subjective est gratifiant. Mais il faut rappeler que la liberté d’exercer ce loisir ne va pas sans obligations : un aéronef qui vole assez haut avec des caméras HD peut être utilisé de manière illégale. Les abus de ce genre sont réprimés par la loi. Au-delà des potentiels cas voyeurisme, les médias ont récemment relayé une série de survols de centrales nucléaires par des multirotors. Dans un contexte où la législation s’adapte petit à petit pour répondre au renouveau de l’aéromodélisme, il est important de faire preuve d’un minimum de bon sens : les dérives d’une poignée de pilotes risquent de pénaliser toute une communauté à terme.

Team BlackSheep fait un assez bon travail pour ce qui est de réunir les composants additionnels d’autres marques et documenter le processus de construction. À force d’assembler nos propres PC, nous sommes complètement habitués à consulter régulièrement les forums pour chercher des informations : dans le cas présent, il s’agirait d’un retour d’expérience après un week-end de travail sur un Discovery Pro fonctionnel. Ceci étant dit, ce n’est clairement pas le modèle que l’on conseille pour débuter : le Discovery Pro est un ensemble de composants revenant à environ 2500 €. Sachant pour notre part qu’il subira au moins un crash tôt ou tard, il y a matière à réfléchir. En clair, mieux vaut commencer par un multirotor plus modeste pour devenir un bon pilote et ensuite passer aux multirotors haut de gamme. Vu la vitesse à laquelle TBS sort des composants améliorés et prodigue de nouvelles recommandations, il ne sera pas difficile d’arriver à une meilleure configuration que celle présentée aujourd’hui et, peut-être, un prix plus accessible.

L’album photo qui suit propose plus d’images sur le processus de montage.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. TBS Discovery Pro
  3. Montage
  4. Notre avis sur le TBS Discovery Pro
  5. Liaison radio : FrSky et ImmersionRC
  6. Contrôleur de vol : DJI Naza-M V2
  7. La nacelle
  8. FPV: Lawmate, Fat Shark et TBS
  9. Savoir être un utilisateur responsable