Accueil » Actualité » Pas de Core i8 pour les Sandy Bridge-E

Pas de Core i8 pour les Sandy Bridge-E

Image 1 : Pas de Core i8 pour les Sandy Bridge-E

Les Sandy bridge-E feront parties de la famille de processeur Core i7. Malgré le nouveau chipset, le Socket LGA 2011 et la nouvelle architecture, Intel n’a pas jugé utile de créer une nouvelle famille de processeurs Core i8 et i9. C’est Xbit labs qui rapporte la nouvelle après avoir reçu, selon lui, des documents internes.

À chaque nouvelle architecture, la même rumeur refait surface. Intel pourrait créer une nouvelle gamme de produits pour marquer la rupture. En 2009, certains pensaient que les Gulftown seraient des Core i9. En 2011, les Sandy Bridge-E sont à nouveau le sujet de bruits similaires. Néanmoins, la décision d’Intel de faire appel au Core i7 est normale et bénéfique. Intel est souvent reproché de complexifier son offre en utilisant une nomenclature trop vaste et confuse. En créant une nouvelle famille, il ne fait qu’ajouter au problème. De plus, les Core i7 jouissent d’une excellente réputation. Ils sont perçus comme des processeurs haut de gamme. C’est exactement le marché que vise le Sandy Bridge-E. Enfin, il n’y a aujourd’hui que trois Sandy Bridge Core i7 (les 2600K, 2600 et 2600S). Intel a donc encore beaucoup de marge pour ajouter de nouveaux modèles.

Xbit labs confirme aussi les informations qu’il avait relayées en mai dernier (cf. « Pas de montée en fréquence pour les Sandy Bridge-E »). Le plus haut de gamme des Sandy Bridge-E sera un modèle cadencé à 3,30 GHz et qui disposera d’un Turbo Boost de 3,9 GHz, ce qui nous faisait dire qu’Intel semble être confiant dans son architecture, le Core i7-990X, déjà en vente, ayant des fréquences très similaires. Il n’y a pas non plus de ruptures de fréquences qui justifieraient une nouvelle famille de Core i.

Il confirme aussi que les deux hexacores seront complètement débloqués. Le quad core, qui devrait tourner à 3,6 GHz, sera partiellement débloqué. Cela signifie en principe que la mémoire n’est pas ajustable et la montée en fréquence est limitée par Intel à un certain nombre de bins (pas de 100 MHz, NDLR) qu’il est possible d’ajouter à la fréquence initiale (cf. « Overclocking : Sandy Bridge change la donne »).