Accueil » Actualité » Pas de tick-tock pour les CPU MIC d’Intel

Pas de tick-tock pour les CPU MIC d’Intel

Image 1 : Pas de tick-tock pour les CPU MIC d’IntelIntel a fait savoir qu’il n’appliquerait pas sa stratégie Tick-Tock à ses processeurs MIC destinés aux supercalculateurs.

Tick-Tock : une stratégie qui a fait ses preuves

Tick-Tock est une stratégie mise en place avec l’arrivée des Conroe et qui est en grande partie responsable du succès de la firme ces dernières années. Tick est un die shrink avec des optimisations et Tock représente une nouvelle architecture redessinée en profondeur. Intel espace chaque étape à environ douze mois. Tock permet donc de profiter de l’expérience acquise pour se concentrer sur un nouveau design tandis que Tick assure des rendements corrects malgré l’utilisation de processus de fabrication toujours plus complexes.

Les nouvelles contraintes des supercalculateurs

Les processeurs MIC, en phase expérimentales aujourd’hui (cf. « Programme de recherche pour les MIC d’Intel »), obligent Intel à changer de tactique. Le fondeur explique que les évolutions seront nécessairement plus lentes et parle de délais allant de dix-huit mois à deux ans. Contrairement à ce qui se passe avec les processeurs grand public, chaque mise à jour apporterait des améliorations plus importantes. Le milieu des supercalculateurs est aussi très différent. Les cycles de renouvellement des machines sont beaucoup plus longs et les institutions attendent des gains de performances bien plus substantielles que les consommateurs grand public.

Cet aveu est aussi une manière pour Intel de montrer qu’il compte surtout rivaliser avec les fabricants de GPU sur ce terrain où les applications GPGPU et la place des cartes graphiques croît à toute vitesse. Les fabricants de processeurs graphiques ont une cadence plus lente et sur le terrain des supercalculateurs, ils ont l’avantage en termes de consommation et performances brutes. Intel a donc de nombreux défis à relever s’il veut continuer à sortir des puces qui restent pertinentes pour ce marché de plus en plus compétitif.

Le premier processeur MIC devrait être commercialisé en 2012. Répondant au nom de code Knights Corner, ses 50 cores devraient être gravés en 22 nm.