Accueil » Actualité » PlayStation 4 : Sony gagnerait de l’argent avec la console (ou en perdrait)

PlayStation 4 : Sony gagnerait de l’argent avec la console (ou en perdrait)

Image 1 : PlayStation 4 : Sony gagnerait de l'argent avec la console (ou en perdrait)

Combien coûte la PlayStation 4 ? Une question intéressante, quand on sait que la PlayStation 3 a longtemps été vendue à perte par le constructeur japonais, comme d’ailleurs beaucoup de consoles avant elle. En effet, on le sait, les consoles sont souvent vendues avec de faibles marges (tant chez le constructeur que le vendeur) pour limiter son prix final, en espérant que la vente d’accessoires et de jeux permette d’atteindre un équilibre financier satisfaisant et en attendant que les coûts de production diminuent à la faveur de l’évolution technologique.

Ca varie… beaucoup

Pour Eurogamer, qui en a discuté avec un ponte de Sony, la console est vendue à perte. Pour chaque console vendue 400 $, Sony perdrait 60 $. Ce n’est pas anodin : avec 1 million de consoles vendues le premier jour, la perte est importante. Visiblement, si un acheteur de la console achète un jeu et prend un abonnement au PlayStation Plus, la perte est déjà (presque) épongée et Sony devrait commencer à gagner de l’argent avec les autres jeux et les accessoires.

Pour TechInsights, Sony gagne de l’argent avec sa console : plus de 100 $. Le site Internet évalue le coût de fabrication à 296 $, alors que la console est vendue 400 $. Bien évidemment, une partie des 100 $ sert à envoyer la console dans les magasins, une autre partie revient au vendeur (même si les marges sont assez faibles selon plusieurs sources, etc. 

Enfin, All Things Digital estime le coût de fabrication à 381 $, ce qui implique que Sony ne gagne pas d’argent avec la console, étant donné qu’il faut envoyer les consoles et payer les marges des vendeurs. 

La différence entre les deux vient de l’estimation du prix des composants. Le premier considère que le SoC principal (une puce AMD qui intègre un CPU et un GPU) vaut 85 $ et que la mémoire vive vaut 62 $, alors que le second considère que le SoC vaut 100 $ et la mémoire 88 $. Même écart pour le disque dur : le premier considère que le disque dur de 500 Go de chez Seagate vaut 23 $ alors que le second indique un prix de 37 $. Les estimations sur la puce Wi-Fi et le lecteur de Blu-ray sont les mêmes dans les deux cas : environ 28 $. Globalement, TechInsights a une estimation nettement plus faible que celle de All Things Digital pour la majorité des composants.

Par contre, on voit très bien où est la marge de Sony : All Things Digital indique que le prix de la manette Dual Shock 4 est estimé à 18 $ alors qu’elle est vendue 60 € au détail.

Plus concrètement, il faudra attendre les résultats trimestriels de Sony pour essayer de se faire une estimation fiable sur le coût réel des consoles…

A noter aussi que si les consoles de première génération sont généralement très onéreuses à produire, les coûts diminuent rapidement avec les évolutions des consoles. De plus, les constructeurs proposent souvent assez rapidement des versions « light » des consoles avec des fonctions en moins : une PlayStation 3 de 2006 qui intègre un disque dur, une PlayStation 2 presque complète, un lecteur Blu-ray slot-in (etc.) est évidemment plus onéreuse à produire qu’un modèle de 2012 avec de la mémoire flash, pas de rétrocompatibilité et un lecteur à ouverture frontale…