Accueil » Test » PlayStation 4 : SSD ou disque dur ? » Page 5

PlayStation 4 : SSD ou disque dur ?

1 : Introduction 2 : Quatre solutions de stockage sur le grill 3 : Benchmarks : temps de chargement 4 : Benchmarks : dans les jeux

Le remplacement du disque dur est-il vraiment nécessaire ?

Pour la majorité d’entre nous, il est naturel de vouloir modifier les réglages ou encore la configuration de produits high-tech afin d’en tirer leur plein potentiel. On pourrait presque dire que Sony encourage cette tendance en rendant facile le remplacement du disque dur de la PS4.

Nos benchmarks montrent que l’installation d’un SSD dans la dernière PlayStation apporte des gains de performances, mais ils sont assez faibles. On peut ainsi gagner quelques secondes au démarrage ou lors du chargement d’une sauvegarde mais au final, soit la dépense est déraisonnable, soit il faut faire des sacrifices excessifs en termes de capacité. Les SSD ont beau connaître une démocratisation continue depuis leur lancement, il faut tout de même compter plus de 650 euros pour une PS4 avec un SSD de 500 Go. Pour ce prix, on peut se constituer un PC de jeu entrée de gamme !

Image 1 : PlayStation 4 : SSD ou disque dur ?

En revanche, le SSHD 1 To de Seagate est un choix à considérer. Affiché à 85 €, il a l’avantage d’être accessible, de proposer des performances proches de celles d’un SSD au sein de la PS4 et enfin de doubler la capacité du disque dur d’origine. Le gain en vitesse est difficilement perceptible dans de nombreux cas, mais on a au moins la garantie d’un espace de stockage confortable pour un prix raisonnable.

Notre vieillissant Western Digital Scorpio Blue 1 To s’est quant à lui révélé légèrement plus lent que le Samsung Spinpoint M8 fourni avec la console. Ceci étant dit, la baisse de performances est minime tandis que la capacité passe du simple au double. Pour peu que l’on ait un disque dur 2,5 pouces de cette capacité sous la main, la mise à jour du stockage de la PS4 peut donc être virtuellement gratuite.

S’il fallait retenir un modèle aujourd’hui, ce serait donc le Seagate SSHD 1 To. Cependant, les 500 Go d’origine sont encore suffisants pour le moment compte tenu de la logithèque embryonnaire de la console. D’ici à ce que son catalogue s’enrichisse, on verra probablement débarquer des disques durs 2 To d’une hauteur de 9,5 mm ou moins. C’est peut-être à ce moment que le changement de disque dur deviendra une nécessité.

Globalement, le périphérique de stockage de la PS4 n’est pas suffisamment utilisé pour justifier un gros investissement. La console a été conçue avec un disque dur à l’origine et le fait est que le résultat est bien équilibré compte tenu de son prix de vente. A priori, personne n’achète une voiture neuve pour mettre ensuite la moitié de son prix dans un pot d’échappement afin de gagner 10 chevaux-vapeur supplémentaires. On peut dire exactement la même chose des SSD par rapport à la PS4 : les énormes gains de performances auxquels ils nous ont habitués sur PC ne s’appliquent pas ici.

Image 2 : PlayStation 4 : SSD ou disque dur ?

Pour peu que l’on ait 200/250 euros à investir dans l’univers PlayStation après achat de la PS4, il nous semble que la PS Vita est autrement plus attractive qu’un SSD de par sa fonctionnalité Remote Play, laquelle fera probablement l’objet d’un article à part entière.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Quatre solutions de stockage sur le grill
  3. Benchmarks : temps de chargement
  4. Benchmarks : dans les jeux
  5. Le remplacement du disque dur est-il vraiment nécessaire ?