Accueil » Actualité » Pour une high-tech responsable : Sony bon dernier

Pour une high-tech responsable : Sony bon dernier


Quatre mois après le dernier rapport, qui avait placé Apple en queue de peloton, Greenpeace vient de publier son quatrième guide pour une high-tech responsable.

Sony bon dernier, Apple remonte

Sony est la société qui prend la dernière place de ce classement. Le problème vient de son ambiguïté : en Europe, Sony est membre d’une association qui prône le recyclage des appareils pas le constructeur lui-même, alors qu’aux États-Unis, la société milite pour un recyclage par les utilisateurs (via une taxe). Il y a aussi le fait que la société ne communique pas sur ses performances de recyclage. Par contre, les appareils Sony sont exempts de PVC et de retardateur de flammes bromés. Apple est passé de la 14e (et dernière place) à la 10e place : la société à la Pomme publie ses résultats de recyclage, et a promis de supprimer le PVC et les RFB d’ici 2008. De plus, les écrans LED promis pour une grande partie de la gamme permettent de limiter l’arsenic utilisé.

Nokia en tête, Dell et Lenovo ex aequo

C’est Nokia qui est en tête, avec des téléphones qui ne contiennent pas de PBC, et très peu de retardateurs de flammes bromés (toxiques). La société milite aussi pour le recyclage des appareils par le constructeur. Les deuxièmes et troisièmes places, ex aequo, sont attribuées à Dell et Lenovo.

Le reste du classement et les problèmes de méthodologie

Le reste du classement est le suivant : Sony Ericsson, Samsung, Motorola, Toshiba, Fujitsu-Siemens, Acer, Apple, HP et Panasonic. Tous ces constructeurs ont la moyenne (plus de 5 sur 10). LG et Sony sont les deux bons derniers, avec 4,3 et 4 sur 10. Notons que la méthodologie de Greenpeace est critiquée, et que le rapport se base en partie sur des affirmations des constructeurs (par exemple, Apple promet la suppression de certains produits sur 2008), sans garantie réelle de l’application de ces dernières. De plus, par exemple, Sony produit certains appareils sans PVC et sans RFB, et est dernier, alors que Dell (2e) ne propose aucun appareil sans ces produits toxiques. Certains analystes critiquent aussi l’objectivité et les qualifications des enquêteurs de Greenpeace.

Reste que ce rapport a le mérite de faire réagir les constructeurs, et que les sociétés ont amélioré leurs résultats depuis le premier rapport d’août 2006 (Lenovo est par exemple passé de 1,3 à 7,3 sur 10).