Accueil » Actualité » Pourquoi 3DMark n’est pas plus rapide sur l’iPhone 5s que sur le 5

Pourquoi 3DMark n’est pas plus rapide sur l’iPhone 5s que sur le 5

L’iPhone 5s renferme un SoC A7 incroyable, étonnant, révolutionnaire, superbe, avant-gardiste… et nous oublions sans doute encore quelques superlatifs utilisés par Tim Cook et ses acolytes. Mais les tests de cet A7 ont révélé une curiosité : alors que la plupart des benchmarks montrent bel et bien une hausse des performances, 3DMark fait exception. Dans le test Physics de 3DMark Ice Storm, l’iPhone 5s est au même niveau que l’iPhone 5 (à 5 % près). Certains ont vite crié au bug, mais l’enquête menée par Futuremark montre que la réalité est plus subtile.

Concrètement, le test Physics utilise le moteur Open Source Bullet Physics pour simuler les collisions de deux corps rigides et deux corps mous. Les propriétés de ces objets sont stockées en mémoire d’une manière désordonnée. Et c’est cela qui pose problème à l’A7. Au contraire, si le programmeur prend soin d’ordonner les objets en mémoire de façon plus séquentielle, l’A7 voit son score augmenter de 17 %. C’est toujours loin des gains constatés dans d’autres tests CPU (flirtant avec les +100 %), mais l’iPhone 5s sauve l’honneur.

Image 1 : Pourquoi 3DMark n'est pas plus rapide sur l'iPhone 5s que sur le 5

Le problème est que ce genre d’optimisation n’est typiquement pas faite par les développeurs de jeux, selon Futuremark. En effet, elle demande du temps, et ne garantit pas du tout un gain de rapidité sur toutes les plateformes (les Snapdragon, notamment, se sont montrés plus lents avec). En pratique, les résultats de l’iPhone 5s sont mieux reflétés par la version standard de 3DMark.

Futuremark ne prévoit donc pas de corriger son application pour l’adapter à l’iPhone 5s. Mais l’éditeur va tout de même sortir une version 64 bits. La compilation en 64 bits permet en effet de gagner environ 7 % sur le SoC A7.