Accueil » Actualité » Projet SeaCode : des informations supplémentaires

Projet SeaCode : des informations supplémentaires

Il y a de cela quelques mois, nous vous annoncions un projet un peu fou. L’entreprise SeaCode prévoyait de faire travailler des informaticiens du tiers monde sur des bateaux au large des côtes américaines (voir cet article). Avec des coûts de main d’œuvre réduits, une activité détaxée (puisque située dans les eaux internationales), et des compétences pouvant intéresser des clients situés à moins de 10 kilomètres, en Californie, ce projet pourrait remettre en cause le contexte de travail de milliers d’informaticiens. Une nouvelle forme de délocalisation, en somme.

Mène t-on les informaticiens en bateau ?

De plus, les promoteurs de SeaCode pourraient être taxés tout simplement d’évasion fiscale. Ici même, sur le forum de Présence PC, vous aviez été nombreux à réagir à cette nouvelle.

Computerworld a réalisé un entretien avec Mr Cook, un des responsables du projet, et nous vous livrons ici même quelques éléments de la discussion. Cela permet de mieux comprendre les objectifs des patrons de SeaCode. A condition de lire entre les lignes.

Computerworld : Les lois U.S. sur le travail vont-elles s’appliquer ?
Mr Cook : Les lois U.S. sur le travail ne s’appliquent que sur les navires battant pavillon U.S. Notre navire sera soumis au droit du travail de notre pavillon, probablement Vanuatu, les Bahamas, ou les iles Marshall. Leurs lois sur la propriété intellectuelle, tout comme leurs lois concernant l’équipage, sont très proches de celles des Etats-Unis.

Computerworld : Pourquoi mouiller à trois milles de la côte ?
Mr Cook : Il est plus cher pour nous de payer un emplacement sur un dock, puisque nous devrions payer pour un mouillage.

Nous suivons l'affaire au plus près.