Accueil » Actualité » Qualcomm abandonne un processeur annoncé en janvier

Qualcomm abandonne un processeur annoncé en janvier

Image 1 : Qualcomm abandonne un processeur annoncé en janvierSnapdragon

Au CES, en janvier, annonçait un nouveau SoC Snapdragon, le 802. Et Qualcomm, il y a quelques jours, a annoncé la disparition de ce SoC. Nous avons bien évidemment contacté la société, qui ne fait aucun commentaire sur ce laconique communiqué de presse, et nous allons donc analyser cette annonce un peu abrupte.

Un processeur pour les téléviseurs

Le Snapdragon 802, c’était une puce dédiée aux téléviseurs connectés : 4 cores Krait à 1,8 GHz, un GPU Adreno 330, des composants pour décoder les flux audio (DTS, Dolby Digital) et les flux vidéo (HEVC, par exemple). En simplifiant, un Snapdragon 800 sans la partie dédiée à la 4G, donc. Selon Qualcomm, la demande a été surestimée pour cette puce, qui est donc abandonnée avant même d’arriver sur le marché : elle devait être proposée en test cette année et être déployée dans les appareils en fin d’année.

Une concurrence élevée, une demande faible

Il y a plusieurs raisons possibles pour expliquer ce retrait rapide. La première, c’est une vraie diminution de la demande : les téléviseurs se vendent mal et les fonctions « connectées » sont vues par beaucoup comme des gadgets, à l’instar de la 3D il y a quelques années. Surfer sur un téléviseur alors que les foyers s’équipent massivement en tablettes, c’est un peu un combat perdu d’avance. Qui plus est, les boîtiers permettant de déporter l’affichage d’un appareil sur un téléviseur (comme le Google Chromecast ou l’Apple TV) sont très efficaces et peu onéreux.

La seconde raison, c’est que les puces de Qualcomm ne sont pas nécessairement les plus compétitives. Dans le monde des smartphones, les constructeurs choisissent les Snapdragon pour leurs performances, mais aussi pour un point précis : l’intégration du modem 4G. Les Snapdragon 600 ou 800 sont de bonnes puces, mais ne sont pas réellement beaucoup plus rapides que la concurrence, mais la présence du modem 4G directement dans le SoC est un gros argument de vente. En effet, le seul autre choix actuel pour les constructeurs est de placer un modem 4G dédié à côté du SoC, et ce modem est souvent un modèle Qualcomm…

Plus simplement, pour un téléviseur, utiliser une puce d’entrée de gamme est parfaitement viable, et Mediatek a par exemple annoncé récemment une puce capable de décoder les flux en H.265 (HEVC). De plus, les grands constructeurs de téléviseurs (Samsung, LG), sont  capables de concevoir des SoC ARM dédiés aux téléviseurs. En effet,  il faut (en simplifiant) un core CPU correct, un GPU capable de travailler en 1080p (ou en 2160p) et un décodeur vidéo, trois choses qu’ARM et d’autres proposent sous licence. Les avantages de Qualcomm, comme la 4G, l’intégration du Wi-Fi 11ac ou l’accès aux usines en 28 nm, ne sont pas cruciaux sur ce marché : un SoC gravé en 40 nm est suffisant, la consommation n’est pas aussi importante que dans un appareil mobile.