Accueil » Actualité » Qui veut des fréquences restantes en 3G ?

Qui veut des fréquences restantes en 3G ?

Image 1 : Qui veut des fréquences restantes en 3G ?

L’ARCEP vient d’annoncer quelques informations de plus sur la vente de la dernière série de fréquences 3G, dans la bande des 2 100 MHz. En effet, après l’attribution à Iliad de la quatrième licence, il restait deux groupes de fréquences (environ 5 MHz chacune) dans la bande de le l’UMTS et l’ARCEP les propose donc aux opérateurs. Ces derniers ont encore un mois pour proposer un dossier (le 11 mai au plus tard) et les deux groupes seront vendus à l’opérateur qui propose le meilleur dossier. Les séries de fréquences valent (pour l’ARCEP) au minimum 120 millions d’euros et l’organisme indique aussi que l’opérateur qui achètera les fréquences devra faire des concessions aux MVNO et améliorer les prix de gros et l’autonomie technique de ces derniers. Un point important quand on voit que les MVNO (comme Virgin) limitent les débits et les « quotas » de trafic en 3G pour limiter (officieusement) les coûts.

Reste à voir quel opérateur récupérera les fréquences en question et si ces dernières permettront d’améliorer les réseaux 3G, de plus en plus saturés dans les grandes villes, à cause de la multiplication des appareils capables de se connecter (et de leurs besoins de plus en plus importants en bande passante). La (petite) nouveauté est que les opérateurs auront a priori le droit de s’échanger des fréquences, dans le but (logique) d’uniformiser le réseau, en évitant les sauts de fréquences.