Accueil » Actualité » Raspberry Pi : 2 millions de cartes dans la nature

Raspberry Pi : 2 millions de cartes dans la nature

Image 1 : Raspberry Pi : 2 millions de cartes dans la natureLes premiers Raspberry Pi

Le Raspberry Pi a de plus en plus de succès : alors que la barre des 1,75 million a été passée en 18 mois environ, la fondation qui gère le projet a annoncé que 2 millions de cartes ont été vendues à peine quelques semaines plus tard. 

Il est intéressant de constater qu’un produit de ce genre, très atypique, arrive à de tels volumes de ventes : le prix est faible, la carte est produite depuis un certain temps en Europe (au Royaume-Uni, les premières cartes venaient de Chine) et les marges des vendeurs sont très faibles. Pourtant, le Raspberry Pi se vend. D’une part, le produit est abouti, efficace pour beaucoup d’usages (même si le CPU manque un peu de puissance), et d’autre part — et c’est son principal avantage —, la communauté est très active.

Le Raspberry Pi est très apprécié des bidouilleurs en tout genre et les tutoriaux et projets basés sur la carte sont très nombreux. Étant donné le succès de la carte, beaucoup d’accessoires existent pour pallier les rares défauts de la carte, et — le succès aidant —, la communauté est devenue très vite assez large. Et plus la communauté est large, plus les solutions aux (rares) problèmes se trouvent facilement, ce qui augmente encore l’intérêt de la carte.

Si des dizaines d’autres cartes de développement existent, peu ont la faveur du public, même si elles sont (souvent) plus puissantes et (parfois) moins onéreuses. Le Raspberry Pi, malgré ses limites, gagne souvent sur le fait que la documentation est pléthorique et que beaucoup de projets peuvent se satisfaire de son processeur ARM11.

Reste à voir si la carte va évoluer dans la durée : si quelques modifications ont été effectuées depuis le lancement, comme le passage à 512 Mo de RAM, le processeur lui-même est de plus en plus souvent un problème. Passer de l’antique ARM11 à un core ARM plus récent en ARMv7 (Cortex A5 ou A7 par exemple) serait intéressant dans beaucoup de cas. De plus, la compatibilité ARMv6 de la carte est aussi parfois source de problèmes : une bonne partie des systèmes d’exploitation modernes nécessite une compatibilité ARMv7, ce qui oblige souvent à compiler les applications spécialement pour le Raspberry Pi.

A noter, enfin, que si vous avez acheté votre Raspberry Pi entre le 24 et le 31 octobre, vous avez peut-être le 2 millionième Raspberry Pi…