Accueil » Actualité » Retour sur Larrabee (LRNi)

Retour sur Larrabee (LRNi)

Image 1 : Retour sur Larrabee (LRNi)Larrabee, vous le savez, est un gros projet pour Intel. Ce GPU va proposer une compatibilité x86 et il a donc fallu adapter le vénérable jeu d’instructions (une fois de plus) pour créer LRNi (LaRrabee New instructions).

Quelques informations

Nous allons vous livrer, un peu en vrac, quelques remarques sur ces nouvelles instructions.Dans les premiers points, on voit qu’Intel vise bien le marché des cartes graphiques, avec les principaux formats utilisés en OpenGl et avec DirectX implémentés directement dans le jeu d’instructions (float16, unorm8, etc.). Point intéressant, certains types de traitements peuvent être effectués 16 fois plus rapidement en utilisant les possibilités vectorielles de la puce, par exemple certaines boucles qui travaillent sur du 32 bits : il est possible de traiter 16 boucles simultanément. Point intéressant, Intel n’a pas effectué les mêmes erreurs qu’avec le MMX : les cores intégrés dans Larrabee peuvent traiter une instruction LRNi et une instruction x86 classique simultanément, ce qui devrait permettre d’utiliser la partie x86 pour des traitements qui sortent du champ de la 3D (pour laquelle LRNi est taillée). Autre point intéressant, Intel indique bien que Larrabee est capable d’exécuter des programmes classiques, voir un OS : les développeurs de programmes de virtualisation ont donc du travail.

Dans les faits, selon quelques développeurs qui ont pu tester Larrabee, la puce et son jeu d’instruction ont un gros avantage : une efficacité élevée. Globalement, les premiers essais permettent d’atteindre environ 80 % de la puissance théorique, ce qui est élevé. Reste l’inconnue : que vaudra la puce face aux solutions des autres constructeurs ? Efficacité et simplicité sont deux choses importantes, mais il faut que la puce reste compétitive en puissance pure et en prix, ce qui n’est pas certain.