Accueil » Dossier » Retour sur les Bitcoins : peut-on créer de l’argent ? » Page 6

Retour sur les Bitcoins : peut-on créer de l’argent ?

1 : Introduction 2 : Confessions d’un mineur de Bitcoin 3 : L’algorithme d’extraction et l’extraction CPU 4 : Extraction GPU et programmes d’extraction 5 : Matériel FPGA et ASIC 7 : Aspects financiers : coûts 8 : Recettes et profits 9 : Autres monnaies chiffrées 10 : Conclusion

Aspects financiers : recettes

Certains mineurs se contentent de conserver les Bitcoins qu’ils ont acquis dans un portefeuille virtuel sur leur PC (ne jamais oublier de faire des sauvegardes de son portefeuille !). D’autres peuvent avoir besoin d’amortir rapidement le matériel acquis pour l’extraction et convertissent donc leurs Bitcoins.

Pour cela, il faut vendre les Bitcoins (ou fractions de Bitcoins) sur l’une des places d’échange, lesquelles fonctionnent comme les places boursières. MtGox, basé au Japon, fait partie des plus anciennes et des plus courues. Après y avoir créé un compte, on peut y transférer des Bitcoins depuis son portefeuille.

Image 1 : Retour sur les Bitcoins : peut-on créer de l'argent ?

L’opération est assez simple : on clique sur « Funding options » (options d’approvisionnement) sur la colonne de gauche pour faire apparaitre un menu qui affiche « Add Funds » (ajout de fonds). Il convient ensuite de choisir « Bitcoins » sur le menu déroulant « Please Choose a Funding Method » (choix du type d’approvisionnement). Une adresse est automatiquement générée dans l’instant, laquelle doit être copiée dans l’adresse « Send to » du portefeuille électronique avant de spécifier le nombre de Bitcoins à convertir, puis de cliquer sur « Send ». Il peut s’écouler une à deux heures avant réception des six confirmations nécessaires pour faire apparaitre un solde de Bitcoins sur le compte MtGox. A ce stade, on peut enfin cliquer sur « Trade » pour vendre les Bitcoins au prix du marché.

Une extraction de plus en plus difficile

Le fait que la difficulté d’extraction ne cesse d’augmenter est la face cachée du système. C’est un mécanisme que la plupart des nouveaux entrants tendent à sous-estimer. Afin d’éviter l’inflation, le système distribué des Bitcoins veille à préserver une cadence constante pour la création des blocs et ce quel que soit le nombre d’extracteurs (on parle d’un nouveau bloc toutes les 10 minutes). Si le seuil de 2016 blocs est dépassé en l’espace de deux semaines, l’extraction se complique. A contrario, si les 2016 blocs ne sont pas atteints dans le même laps de temps, la difficulté décroit, sachant ce cas de figure ne s’est que très rarement produit depuis 2009. Etant donné que chaque bloc fait partie d’une chaine de blocs publique, le nombre de blocs crée au cours des derniers jours/semaines etc. est complètement transparent.

Image 2 : Retour sur les Bitcoins : peut-on créer de l'argent ?

Le graphique est éloquent : le débit de hachage et la difficulté à extraire les blocs ont été multipliés par cinq au cours des onze derniers mois. Pire encore, cette tendance s’est encore accrue sur les deux derniers mois : en l’espace de soixante jours, la difficulté a quasiment été multipliée par trois. Il faut s’attendre à ce que cette tendance perdure à un rythme similaire si ce n’est plus rapide. D’ici à l’automne, le débit global de hachage devrait être multiplié par dix étant donné l’essor des extracteurs ASIC.

Imaginons que l’on utilise aujourd’hui un extracteur FPGA BFL Single atteignant 830 MH/s : ceci représente un peu moins de 0,001 % du débit de hachage global. Une fois que la difficulté sera multipliée par un facteur 10, l’extracteur ne contribuera plus qu’à 0,0001 % du débit de hachage global. Bien entendu, les revenus issus de l’extraction seront eux aussi divisés par dix.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Confessions d’un mineur de Bitcoin
  3. L’algorithme d’extraction et l’extraction CPU
  4. Extraction GPU et programmes d’extraction
  5. Matériel FPGA et ASIC
  6. Aspects financiers : recettes
  7. Aspects financiers : coûts
  8. Recettes et profits
  9. Autres monnaies chiffrées
  10. Conclusion